Du sus­pense, des buts et des stars

Le Parisien (Paris) - - Sport - R. F.

LA LIGUE 1 n’a pas été aus­si pas­sion­nante de­puis des lustres. A cinq jour­nées du terme du cham­pion­nat, le sus­pense reste to­tal dans la lutte pour le titre de cham­pion. Le PSG et l’AS Mo­na­co, les deux plus gros bud­gets de la com­pé­ti­tion, se pré­sentent aus­si comme les deux équipes les plus sé­dui­santes et les plus ta­len­tueuses de la sai­son. Elles sont au­jourd’hui à éga­li­té de points, au coude-à-coude, même si ce ma­tin le club de la prin­ci­pau­té conserve un jo­ker avec un match en re­tard à dis­pu­ter le 17 mai contre Saint-Etienne.

Pour com­plé­ter le ta­bleau, l’OGC Nice, out­si­der beau­coup plus in­at- ten­du, n’a pas en­core dit son der­nier mot. Se­lon toute vrai­sem­blance, l’in­cer­ti­tude de­vrait d’ailleurs s’éti­rer jus­qu’à cette der­nière se­maine de com­pé­ti­tion, entre le 14 et le 20 mai.

Certes, cette confi­gu­ra­tion, au ma­tin d’une 34e jour­née, n’est pas com­plè­te­ment in­édite. Mais pour re­trou­ver trace d’une lutte aus­si serrée en tête de la Ligue 1 à ce stade de la sai­son, il faut tout de même re­mon­ter cinq ans en ar­rière.

Au prin­temps 2012, Montpellier me­nait la danse avec deux points d’avance sur le PSG avant de s’en­vo­ler vers le titre de cham­pion. Entre- temps, un quin­quen­nat pla­cé sous le sceau de la do­mi­na­tion pa­ri­sienne s’est écou­lé. Comble du comble, la sai­son pas­sée avait vu les hommes de Laurent Blanc sa­crés dès le dé­but de mois de mars.

LES PO­LÉ­MIQUES SUR LA FIS­CA­LI­TÉ AVAN­TA­GEUSE DU RO­CHER SONT OU­BLIÉES

Heu­reu­se­ment pour le football fran­çais, sans doute, une gé­né­ra­tion qua­si spon­ta­née a émer­gé cette sai­son à Mo­na­co. En quelques mois, elle a en­chan­té la France du football et presque re­je­té dans l’ombre l’ar­ma­da de la ca­pi­tale. Les po­lé­miques sur la fis­ca­li­té très avan­ta­geuse du Ro­cher, en vogue il y a en­core trois ou quatre ans, sont ou­bliées. Ra­da­mel Fal­cao, 3e meilleur bu­teur de L 1, ne paye tou­jours pas d’impôts sur le re­ve­nu mais ce­la n’em­bête plus per­sonne.

Quant à la jeu­nesse fran­çaise de l’ASM, elle mû­rit sur la Côte d’Azur et tout le monde trouve ce­la très bien. Peut-être parce que Men­dy, Ba­kayo­ko, Le­mar ou Mbap­pé ne servent plus seule­ment les in­té­rêts par­ti­cu­liers de Dmi­tri Ry­bo­lov­lev, le pré­sident russe de l’AS Mo­na­co. Ils sont dé­sor­mais en équipe de France et par­ti­cipent, pour ne rien gâ­cher, au re­gain d’image de la Ligue 1 sur la scène eu­ro­péenne.

Certes, tout n’est pas idyl­lique sur les ter­rains de l’Hexa­gone. Les stades sont loin d’af­fi­cher com­plet et les vio­lences de cer­tains groupes de sup­por­teurs s’in­vitent ré­gu­liè­re­ment dans l’ac­tua­li­té spor­tive, à Bas­tia bien sûr mais aus­si à Nantes, à Metz, à Saint-Etienne ou en­core à Lyon. Mais au­jourd’hui, on a sur­tout en­vie de sa­luer cette Ligue 1 qui brille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.