Fillo­nen­vers et­con­tre­tout

Le Parisien (Paris) - - Attentat des Champs-Elysées -

Di­manche 5 mars, 15 h 35, Pa­ris, place du Tro­ca­dé­ro. Le ciel bleu laisse place aux gi­bou­lées quand Fran­çois Fillon monte sur la scène. C’est un Fillon à terre, ac­cu­lé de­puis six se­maines par les ré­vé­la­tions sur son train de vie et les em­plois sup­po­sés fic­tifs de son épouse Pe­ne­lope et de deux de ses en­fants, qui va prendre la pa­role de­vant plu­sieurs di­zaines de mil­liers de per­sonnes. Il veut en faire son ba­roud d’hon­neur. Scé­na­rio cau­che­mar­desque pour la droite qui, chaque jour un peu plus, voit s’éloi­gner les chances de vic­toire. Iso­lé, sous le coup d’une mise en exa­men à ve­nir pour « dé­tour­ne­ment de fonds pu­blics », Fillon est lâ­ché de toute part, pous­sé vers la sor­tie. C’est l’hy­po­thèse du fa­meux plan B. Jup­pé ? Ba­roin ? Les of­fi­cines sar­ko­zystes et jup­péistes s’ac­tivent en cou­lisses de­puis plu­sieurs jours pour ten­ter de le des­ti­tuer. Mais Fillon s’ac­croche. Joue même avec les nerfs des siens : « Per­sonne n’a le pou­voir de m’obli­ger à re­ti­rer ma can­di­da­ture », lâche-t-il le soir même au 20 Heures de France 2, après avoir lais­sé pla­ner le sus­pense pen­dant tout le week-end. Le len­de­main, Alain Jup­pé dé­clare lui-même, de­puis sa ville de Bor­deaux, qu’il jette l’éponge. Il ne se­ra pas le re­cours. Le can­di­dat Fillon a sau­vé sa peau. Mais à quel prix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.