La ma­ter­nelle en mal de rem­pla­çant, les profs haussent le ton

Le Parisien (Paris) - - Paris - PAR BENOÎT HASSE

LUN­DI MA­TIN, cer­tains pa­rents d’élèves de l’école ma­ter­nelle Ri­chard-Le­noir au­ront peut-être la mau­vaise sur­prise d’ap­prendre qu’ils doivent gar­der leurs en­fants à la mai­son. Pas à cause d’un pro­blème de lo­caux dans cet éta­blis­se­ment sco­laire du XIe qui va se trans­for­mer (comme beau­coup d’autres dans la ca­pi­tale) en bu­reau de vote de­main. Mais en rai­son d’un éven­tuel pro­blème de rem­pla­ce­ment d’un en­sei­gnant en ar­rêt maladie.

C’est en tout cas ce que l’équipe en­sei­gnante de cette pe­tite école de cinq classes a in­di­qué aux pa­rents d’élèves, hier. A la suite de l’ar­rêt maladie de l’en­sei­gnante char­gée de la grande sec­tion, dé­bu­té lun­di, le rec­to­rat avait dé­pê­ché une rem­pla­çante dans la ma­ter­nelle dès le len­de­main.

« Mais elle n’est res­tée qu’un jour et de­mi, s’étonne Aude, mère d’un bambin de 6 ans et membre du Grou­pe­ment in­dé­pen­dant des pa­rents d’élèves. Dès jeu­di, les vingt­six en­fants concer­nés étaient de nou­veau sans en­sei­gnant. Ils ont été ré­par­tis dans les autres classes et mon fils m’a dit qu’ils avaient fait du co­lo­riage toute la jour­née. » Le len­de­main, même or­ga­ni­sa­tion.

Mais cette fois les pa­rents ont eu droit à une dis­tri­bu­tion d’un tract té­moi­gnant de l’aga­ce­ment de l’équipe en­sei­gnante. « Nous vous in­for­mons, qu’à l’ave­nir, nous n’ac­cueille­rons plus les élèves d’un en­sei­gnant ab­sent, au-de­là du dé­lai fixé par la loi, soit 48 heures », aver­tis­saient les en­sei­gnants.

La FCPE, qui a aler­té l’ins­pec­teur d’aca­dé­mie sur ce dys­fonc­tion­ne­ment dans le sys­tème des rem­pla­ce­ments, rap­pelle que le cas est loin d’être une pre­mière à l’école Le­noir. Une classe de moyenne sec­tion avait ain­si vu dé­fi­ler pas moins de huit rem­pla­çants du­rant l’an­née sco­laire der­nière. « Cette classe re­trou­ve­ra son en­sei­gnant ha­bi­tuel lun­di, puisque son ar­rêt maladie ne por­tait que sur cinq jours », ras­sure-t-on au rec­to­rat… sans pré­ci­ser la rai­son de son rem­pla­ce­ment très par­tiel.

NOUS N’AC­CUEILLE­RONS PLUS LES ÉLÈVES D’UN EN­SEI­GNANT AB­SENT, AU-DE­LÀ DU DÉ­LAI FIXÉ PAR

HEURES” LA LOI, SOIT 48 L’ÉQUIPE PÉ­DA­GO­GIQUE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.