«Com­meune-Cou­pe­du­monde avec un sus­pense in­croyable ! »

Théo, 18 ans, vote pour la pre­mière fois

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR -

JE SUIS AC­TEUR DE CE QUI VA SE PAS­SER, C’EST UNE RES­PON­SA­BI­LI­TÉ THÉO, 18 ANS « ON VOTE CONTRE ET PAS POUR. C’EST UN CHOIX PAR DÉ­PIT. » KEN­ZA, EN TER­MI­NALE

POUR SE CHAN­GER les idées avant de connaître le nom des fi­na­listes, Théo, 18 ans, en pré­pa lit­té­raire à Pa­ris, a pré­vu ce di­manche de… ré­vi­ser. Au me­nu à quelques se­maines des concours, de la « culture an­tique » et de la poé­sie. Pas sûr qu’il par­vienne à se concen­trer. « Je vais être toute la jour­née dans l’at­tente, c’est comme une Coupe du monde avec un sus­pense in­croyable », com­pare ce pri­mo­vo­tant à la sor­tie du ly­cée Ju­les­Fer­ry (IXe).

« C’est la pre­mière fois que je me sens concer­né par un scru­tin. Je suis ac­teur de ce qui va se pas­ser, c’est une res­pon­sa­bi­li­té », es­time-t-il. Le risque d’at­ten­tats ne le dis­sua­de­ra ab­so­lu­ment pas d’al­ler glis­ser un bul­le­tin. « C’est tel­le­ment im­por­tant d’al­ler vo­ter que je n’y pense même pas », mar­tèle-t-il. Avec ses « potes » Ga­reth et Ady, il craint, en re­vanche, que l’at­taque sur les Champs-Ely­sées ait un im­pact dans les urnes. « On n’avait pas be­soin de ça. Ce­la va pro­fi­ter aux ex­trêmes qui jouent sur les peurs des gens », pro­nos­tique-t-il.

Pour son bap­tême dans l’iso­loir, Léa, en ter­mi­nale lit­té­raire, an­goisse. « Ce qui m’in­quiète, ce sont tous ces can­di­dats que je n’ai pas en­vie de voir à la tête de l’Etat. J’ai l’im­pres­sion que cette élec­tion nous échappe et qu’on se­ra nom­breux à être dé­çus. C’est flip­pant de de­voir tran­cher entre son coeur et la tac­tique », dé­crypte la de­moi­selle de gauche. « On vote contre et pas pour. C’est un choix par dé­pit », en­chaîne sa ca­ma­rade Ken­za qui pour­rait op­ter pour un bul­le­tin… blanc. « Moi, dans ce contexte, je suis contente de ne pas avoir l’âge de vo­ter », ré­plique une co­pine qui a 17 ans. Jean, 19 ans, étu­diant en sciences po­li­tiques à La Roche-sur-Yon (Ven­dée), vo­te­ra, lui, « par convic­tion ». De­puis des se­maines, il tracte pour Fillon. « Ce di­manche, je vais en pro­fi­ter pour dé­cro­cher un peu jus­qu’à la mon­tée d’adré­na­line à 20 heures. Mais ça va être dur de faire la cou­pure. Et l’at­tente nour­ri­ra l’ap­pré­hen­sion », an­ti­cipe-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.