Sou­fiane se dé­ci­de­ra dans l’iso­loir

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR -

« C’EST STRES­SANT ET AN­GOIS­SANT » SOU­FIANE, 31 ANS

DE LONGUES SE­MAINES que ce­la dure : entre Be­noît Ha­mon et Em­ma­nuel Ma­cron, Sou­fiane, 31 ans, en­tre­pre­neur so­cial, n’a pas tran­ché. Alors cet ha­bi­tant de De­nain (Nord) at­tend d’être dans l’iso­loir pour fran­chir le pas. « Je me dé­pla­ce­rai juste avant la fer­me­ture du bu­reau de vote. Je vais prendre les deux bul­le­tins et je vais en­fin me dé­ci­der. C’est moi tout seul face à des en­jeux énormes, et je ne vou­drais pas avoir de re­grets. Au-de­là de ma voix, c’est l’ave­nir du pays qui se joue », ana­lyse-t-il.

Il est face à « un di­lemme, un choix cor­né­lien ». « D’un cô­té, il y a Ha­mon qui m’a per­mis de me pro­je­ter, de rê­ver, de vi­brer. De l’autre, il y a Ma­cron, l’ovni

po­li­tique qui a su ras­sem­bler et qui in­carne le vote utile. Ma femme, qui op­te­ra pour Ha­mon sans hé­si­ter, m’a dit : Mais vote pour toi, avec ton coeur, et tu

ver­ras bien ! Mais ma han­tise en fait, c’est d’avoir à choi­sir au se­cond tour entre Le Pen et Fillon, ça se­rait une ca­tas­trophe, un dé­chi­re­ment », s’alarme ce père de trois en­fants.

Cette si­tua­tion de « to­tale in­cer­ti­tude » le « met mal à l’aise ». « Ce qui me fout la rage, c’est que je ne suis pas libre. Nor­ma­le­ment vo­ter, c’est l’acte su­prême de la li­ber­té. Mais là, je dois me po­si­tion­ner en fonc­tion de cer­taines contraintes, c’est stres­sant et an­gois­sant », se dé­sole ce tren­te­naire pour­tant « de na­ture co­ol et op­ti­miste ». De­puis un bon mois, il ne pense qu’à ça, sur­tout à table.

« Avec les col­lègues et ma fa­mille, les dé­bats sont hou­leux », dé­crit-il. Cette se­maine, il a « po­sé plu­sieurs jours de congé ». « Pour ne pas me plan­ter, pour faire le vide », as­sure-t-il. Ce di­manche, avant de prendre le che­min de l’école pour ac­com­plir son de­voir ci­vique, il a pré­vu de se « mettre au vert » chez son père éle­veur. Tou­jours avec le même ob­jec­tif : « me li­bé­rer l’es­prit ». « Il y a cinq ans, c’était tout de même plus confor­table avec Hol­lande », se sou­vient-il.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.