« Dix-sept ans qu’il n’avait pas mis les pieds de­hors »

Du pirate

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

donne ses études pour s’em­mu­rer vi­vant. « Dix-sept ans qu’il n’avait pas mis les pieds de­hors. Il se réfugiait dans sa chambre au moindre coup de son­nette », souffle le père, dé­vas­té. Cet ex-chauf­feur-li­vreur se sou­vient de deux brèves in­cur­sions de son fils dans le monde ex­té­rieur, en fé­vrier. Ce qui cor­res­pond jus­te­ment aux dates où l’homme a vai­ne­ment cher­ché à mon­nayer son scoop sur la ma­la­die de John­ny Hal­ly­day.

Les en­quê­teurs de la PJ pa­ri­sienne, qui ont ar­rê­té le tren­te­naire il y a un mois, se sou­vien­dront long­temps de cet homme ché­tif, d’une ti­mi­di­té ma­la­dive. Ils n’ont pas eu be­soin de lui de­man­der de pas­ser aux aveux. O. a tout re­con­nu, ex­pli­quant avoir agi « par jeu ». De­puis au moins deux ans et de­mi, ce voyeur nu­mé­rique es­pion­nait l’in­ti­mi­té des stars aper­çues de­puis l’écran de la té­lé­vi­sion fa­mi­liale, dans la cui­sine. De re­tour dans sa chambre, il pi­ra­tait leurs comptes sur les ré­seaux so­ciaux de­puis un simple smart­phone of­fert par sa mère. Avant de noir­cir, d’une écri­ture fié­vreuse, des pages et des pages de po­tins pi­men­tés de blagues gra­ve­leuses. Lau­ra Smet et sa lé­gende de père n’étaient pas seuls. Au to­tal, l’en­quête a fait ap­pa­raître une ving­taine de vic­times. Fé­mi­nines, comme cette ex-Miss France ou cette pré­sen­ta­trice de la mé­téo. Mais aus­si mas­cu­lines, qu’il s’agisse de joueurs de foot ou en­core d’un homme po­li­tique…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.