Le sou­tien amer du vieux chef

Le Parisien (Paris) - - PRÉSIDENTIELLE 2017 -

des ap­plau­dis­se­ments au ma­noir de Mon­tre­tout (à Saint-Cloud, Hautsde-Seine), il a fal­lu at­tendre 20 h 40 hier. Et la des­cente du maître des lieux, Jean-Ma­rie Le Pen. Car à 20 heures, dans le sa­lon aux pein­tures écaillées où avaient pris place son épouse Ja­ny et plu­sieurs amis du couple, l’an­nonce des ré­sul­tats a été ac­cueillie dans le si­lence. Et même une cer­taine gêne. « Ma­rine est qua­li­fiée et pour nous c’est l’es­sen­tiel », veut mal­gré tout po­si­ti­ver le fon­da­teur du Front na­tio­nal. « Je m’at­ten­dais à un score su­pé­rieur, concède Lor­rain de Saint Af­frique, son plus proche col­la­bo­ra­teur. En tout cas, ce­la prouve que Hol­lande est in­ca­pable de gou­ver- ner mais qu’il peut mon­ter des su­per coups. » Dans ce sa­lon où un ta­bleau du pro­prié­taire des lieux en uni­forme mi­li­taire trône au-des­sus de la té­lé, la cause de cette — très re­la­tive — dé­con­ve­nue est tout en­ten­due. « Elle a me­né une cam­pagne de centre gauche », dé­nonce Alexandre Si­mon­not, un an­cien cadre du FN qui voue aux gé­mo­nies l’in­fluence de Flo­rian Phi­lip­pot.

Dans la pe­tite as­sem­blée, la cote du bras droit de Ma­rine Le Pen est au plus bas. « Mon­sieur Phi­lip­pot ? Je ne sais pas, je ne fais pas par­tie de l’en- tou­rage », glisse Jean-Ma­rie Le Pen dans une al­lu­sion à son ho­mo­sexua­li­té qui dé­clenche les rires gras.

L’ex-n°1 du FN, éjec­té par sa fille après une sé­rie de pro­vo­ca­tions, ana­lyse : « La cam­pagne de Ma­rine a man­qué d’en­thou­siasme, de ces sol­dats de l’an II qui com­bat­taient pieds nus et la baïon­nette au ca­non. C’était une cam­pagne mo­dé­rée et conve­nue. » Et cet homme de 88 ans de mar­te­ler les fon­da­men­taux de l’ex­trême droite : « Le prin­ci­pal dan­ger, c’est le drame dé­mo­gra­phique qui an­nonce le dé­fer­le­ment de vagues mi­gra­toires et la sub­mer­sion de nos pays. » « Ar­rê­tons les ke­babs, le ha­lal et les mos­quées », s’épou­mone Fa­rid Sma­hi, ex-con- seiller ré­gio­nal FN, qui rêve d’un pré­sident qui « in­ter­di­ra les bi­na­tio­naux ».

Le pa­triarche des Le Pen ap­porte évi­dem­ment son sou­tien pour le se­cond tour « à la can­di­date na­tio­nale contre le can­di­dat du sys­tème sou­te­nu par l’en­semble de l’ap­pa­reil mé­dia­tique, fi­nan­cier et éco­no­mique qui a conduit le pays à la ruine ». « Ma­cron c’est le can­di­dat de l’an­ti-France », as­sène son avo­cat, Me Fré­dé­ric Joa­chim, dans une al­lu­sion as­su­mée à la rhé­to­rique du ré­gime de Vi­chy.

Le scru­tin apai­se­ra-t-il pour au­tant la brouille ? Pas sûr. « Hié­rar­chi­que­ment par­lant, c ’e s t p e u t- ê t re à e l l e d e m’ap­pe­ler », souffle le vieux chef de fa­mille…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.