« Je pleure pour la France ! »

« ad­mi­ra­trice » de François Fillon

Le Parisien (Paris) - - PRÉSIDENTIELLE 2017 -

thi­sante. Et de dé­cla­rer sa flamme au pré­ten­dant éli­mi­né : « Il y a quelques jours, il di­sait : Mais moi, je l’aime, mon­sieur Fillon ! » En re­vanche, elle dé­teste Ma­cron. « Ah, lui, ja­mais de la vie ! On a dé­jà tel­le­ment souf­fert sous le ré­gime de Hol­lande », dé­nonce celle qui pro­met de ne glis­ser au­cun bul­le­tin dans l’en­ve­loppe au se­cond tour. Jo­sé, 58 ans, fonc­tion­naire, don­ne­ra sa voix à Ma­cron, mais à re­cu­lons. Il n’est « pas éton­né » par la dé­faite de son fa­vo­ri. « On s’y at­ten­dait, même si on pen­sait que la rai­son al­lait l’em­por­ter à la lec­ture des pro­grammes », confie-t-il.

A quelques cen­taines de mètres de là, à la fé­dé­ra­tion LR des Alpes-Ma­ri­times, la salle est comble. Mais les mines sont tout aus­si sombres. Pierre, psy­cho­log ue, jure qu’il n’a « pas d’amer­tume ». « On ne s’est pas trom­pé de can­di­dat, sim­ple­ment, tout le monde l’a dé­truit », s’in­digne-t-il. Dé­sor­mais, il dit avoir « le choix entre le pire et le pire ». « Alors, je vais vo­ter Mi­chel », dé­voile-t-il. Mi­chel ? « Oui, blanc, Mi­chel Blanc ! » s’es­claffe-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.