« Le par­ti est à re­cons­truire mais ne dis­pa­raît pas »

Ami de François Hol­lande, conseiller ré­gio­nal PS.

Le Parisien (Paris) - - PRÉSIDENTIELLE 2017 -

A faire que la gauche existe ! Je ne mets pas en cause les qua­li­tés per­son­nelles de Be­noît Ha­mon mais les ana­lyses de ces so­cia­listes qui se sont éloi­gnés de nos fon­da­men­taux. A sa­voir : le so­cia­lisme de gou­ver­ne­ment, le ré­for­misme de gauche, la ca­pa­ci­té à ras­sem­bler une gauche large et non étroite, à ac­cep­ter les différences… Je ne pense pas que le can­di­dat PS de­vait se li­mi­ter à dé­fendre le bi­lan de ce quin­quen­nat, mais de là à le consi­dé­rer comme un han­di­cap, c’est une er­reur. On pou­vait as­su­mer des désac­cords tout en s’ins­cri­vant dans une dy­na­mique po­si­tive. Be­noît Ha­mon n’avait pas la tâche fa­cile mais il doit ac­cep­ter d’avoir un re­gard cri­tique sur sa cam­pagne. Il ne peut pas seule­ment dire que c’est la faute des autres. Pour l’ins­tant, il im­porte que le PS, au­tour de sa di­rec­tion, re­prenne son des­tin en main. La ques­tion de la construc­tion d’une ma­jo­ri­té po­si­tive dans le pays est po­sée. Il est trop tôt pour la tran­cher. Oui, le PS se­ra pré­sent, on va exa­mi­ner la ques­tion des lé­gis­la­tives. Ce par­ti est à re­cons­truire mais il ne dis­pa­raît pas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.