Pro­cès­de­la­dro­gueau­vo­lant

Le chauf­feur d’un ca­mion, res­pon­sable d’une col­li­sion mor­telle avec un car sco­laire en no­vembre dans le Pas-de-Ca­lais, est ju­gé au­jourd’hui. Il condui­sait sous l’em­prise de l’hé­roïne et de dé­ri­vés de mor­phine.

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS - NICOLASJACQUARD

pu croire à la fa­ta­li­té. A un simple et ter­rible écart dans le brouillard, sur une N 25 à la vi­si­bi­li­té ré­duite, ce lun­di 14 no­vembre 2016 à 7 h 45. A bord de l’au­to­car conduit par Fran­cine Le­sage, 47 ans, sept col­lé­giens ont pris place. Juste avant un ha­meau, en di­rec­tion de Doul­lens, entre Amiens (Somme) et Ar­ras (Pas-de-Ca­lais), un se­mi-re­morque trans­por­tant des bet­te­raves ar­rive en sens in­verse. Le poids lourd se dé­porte sur la voie op­po­sée. La col­li­sion est fa­tale à Fran­cine, qui a tout juste le temps de pré­ve­nir les en­fants du choc im­mi­nent. Deux sont bles­sés griè­ve­ment, dont Théo, 13 ans, qui a les pieds sec­tion­nés.

La faute à pas de chance, donc, comme le laissent d’abord pen­ser les ana­lyses toxi­co­lo­giques, toutes né­ga­tives dans un pre­mier temps. Jus­qu’à ce que les gen­darmes, in­tri­gués par le pro­fil ju­di­ciaire de Gré­go­ry Vas­seur, le conduc­teur du ca­mion, poussent plus avant leurs in­ves­ti­ga­tions. C’est que cet homme de 36 ans, lui aus­si bles­sé dans l’ac­ci­dent, ne leur est pas in­con­nu. Condam­né pour vio­lences, bra­quages, mais aus­si tra­fic de stu- pé­fiants, il de­vait com­pa­raître en mai pour com­pli­ci­té dans la ten­ta­tive d’éva­sion de son co­dé­te­nu, en 2014 à Ar­ras. Sur­tout, il est un toxi­co­mane no­toire.

Sol­li­ci­té, l’Ins­ti­tut de re­cherche cri­mi­nelle de la gen­dar­me­rie na­tio­nale (IRCGN) met en évi­dence qu’il cir­cu­lait au mo­ment des faits sous l’em­prise de l’hé­roïne et de dé­ri­vés d’une nel, au cô­té de ses deux filles de 18 et 24 ans. « Sans Fran­cine, nous sommes morts nous aus­si, constate-t-il. Tous les jours, on res­sent son ab­sence. » La mère de fa­mille fai­sait l’una­ni­mi­té. Quand son em­ployeur louait ses qua­li­tés pro­fes­sion­nelles, le maire de sa com­mune de Gouy-en-Ar­tois (Pas-de-Ca­lais), dont elle était conseillère mu­ni­ci­pale, van­tait son in­ves­tis­se­ment dans la vie lo­cale. Sur le pour­quoi de sa dis­pa­ri­tion sou­daine, son ma­ri « at­tend des ré­ponses », et dit avoir confiance dans la jus­tice pour que Gré­go­ry Vas­seur reste en pri­son. « Il a bri­sé notre fa­mille, ré­agit-il. Tous les jours, il nous manque quel­qu’un, et pen­dant tous ces mois, lui vi­vait tran­quille­ment en li­ber­té. »

A l’in­verse, à la même pé­riode, le ma­ri de Fran­cine et leurs deux filles es­sayaient de « re­mon­ter la pente ». « Mais c’est très com­pli­qué, souffle le père de fa­mille. A chaque fois, tout se re­met en route. Je ne peux pas sup­por­ter de voir une seule image de l’ac­ci­dent. Je sais que cette au­dience va être éprou­vante. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.