Cham­pionne de France de la dic­tée des ci­tés !

Avec 1 234 par­ti­ci­pants, la ville a bat­tu le re­cord na­tio­nal de par­ti­ci­pa­tion à l’évé­ne­ment.

Le Parisien (Paris) - - SEINE-SAINT-DENIS - PAR CA­ROLE STERLÉ

RE­CORD BAT­TU ! Avec 1 234 par­ti­ci­pants sa­me­di, Dran­cy a dé­trô­né Saint-De­nis pour la dic­tée des ci­tés, quatre ans d’âge. « Nous al­lons dé­te­nir un nou­veau re­cord ! » se ré­jouit d’em­blée Idriss Niang, de l’as­so­cia­tion Agir en­semble en dis­tri­buant des feuilles blanches aux der­niers ar­ri­vés de la 99e édi­tion de la dic­tée des ci­tés.

Peu im­porte si les chaises ali­gnées dans le gym­nase De­laune et de­hors ne sont pas as­sez nom­breuses, on s’ins­talle par terre, sur un banc, même un coin de vitre fait l’af­faire. Le maire (UDI), Jean-Ch­ris­tophe La­garde, s’en ré­jouit et dé­gaine même son por­table pour im­mor­ta­li­ser l’ins­tant.

« Il n’y a pas beau­coup de mo­ments comme ça, qui ras­semblent », sou­rit Djibril, 24 ans, formateur en centre so­cial, ve­nu avec une poi­gnée d’élèves de l’ate­lier so­cio­lin­guis­tique. Les vo­lon­taires ne se sont pas fait prier pour don­ner un coup de main dès le ma­tin afin d’ins­tal­ler la classe géante aux élèves de tous âges. La doyenne de la dic­tée af­fiche 89 prin­temps.

Djibril par­tage sa table avec des élèves de l’école Mar­cel-Ca­chin, Sa­bri, Bé­ni, Jen­na, im­pa­tients de com­men­cer. A l’autre bout de la salle, une femme aux che­veux blancs s’ins­talle en face d’un tout jeune homme. Mais la dic­tée des ci­tés a aus­si des adeptes ve­nus d’ailleurs, avec leurs as­so­cia­tions de SaintDe­nis, Se­vran, Stains ou en­core La Cour­neuve, avec l’as­so­cia­tion Asad, 112 par­ti­ci­pants… « Je viens pour l’am­biance, pour ren­con­trer des gens, c’est mul­ti­gé­né­ra­tion­nel, mul­ti­so­cial, la Force des mixi­tés (l’as­so­cia­tion qui porte cette ac­tion), ça porte vrai­ment bien son nom… Ra­chid et Ab­del­lah, ce sont vrai­ment de belles per­sonnes », glisse So­phie, 42 ans, as­sis­tante mé­di­cale d’Au­ber­vil­liers. Un par­ti­ci­pant est même ve­nu de Tou­louse.

« Au­tour de la langue fran­çaise, il y a tou­jours des choses à faire », per­siste le ro­man­cier scé­na­riste Ra­chid San­ta­ki, plein de gra­ti­tude pour le tra­vail de ces « as­so­cia­tions qui se sub­sti­tuent à ce qui de­vrait être fait par l’Etat ».

Sa­me­di, ce se­ra « Ger­mi­nal » pour tout le monde. Le texte est le même pour tous mais se­lon l’âge la dic­tée est plus ou moins longue. Des prix sont dé­cer­nés par ca­té­go­ries, y com­pris pour les non fran­co­phones. Et comme l’a rap­pe­lé Idriss Niang, il n’y a pas de perdants. « A la fin on est tous ga­gnants, ce qui compte ce n’est pas la faute, c’est de sa­voir comment écrire le mot après. »

« IL N’Y A PAS BEAU­COUP DE MO­MENTS COMME ÇA, QUI RAS­SEMBLENT » DJIBRIL, FORMATEUR EN CENTRE SO­CIAL

Dran­cy, sa­me­di. Toutes les places as­sises étant oc­cu­pées, cha­cun a écrit comme il a pu au gym­nase De­laune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.