Nice dit presque adieu au titre

Te­nus en échec à Tou­louse, les Ai­glons de­vront sans doute se conten­ter de la 3e place.

Le Parisien (Paris) - - FOOTBALL - DENOTRECORRESPONDANT VINCENT PI A LAT À TOU­LOUSE( HAUTE-GA­RONNE)

LA SE­MAINE DER­NIÈRE, en bat­tant Nan­cy, les Ni­çois avaient ob­te­nu la cer­ti­tude qu’ils ne ter­mi­ne­raient pas au-de­là de la troi­sième place. Hier, après leur match nul à Tou­louse (1-1), ils ont éga­le­ment cer­tai­ne­ment en­té­ri­né leurs der­niers es­poirs de ter­mi­ner au-des­sus. A quatre jour­nées de la fin, ils ac­cusent un re­tard de points trop im­por­tant sur le duo de tête. Et même s’ils re­ce­vront Pa­ris di­manche pour le match au som­met de la 35e jour­née, l’écart se­ra sans doute rédhi­bi­toire étant don­né le ca­len­drier vrai­ment com­pli­qué de l’OGCN, qui pro­po­se­ra deux dé­pla­ce­ments pé­rilleux, à Mar­seille et à Lyon, pour ter­mi­ner la sai­son.

Nice, avec un Ba­lo­tel­li fié­vreux sur le banc, a pour­tant tout fait pour res­ter en­core un peu dans la course au titre et à une qua­li­fi­ca­tion di­recte pour la Ligue des cham­pions. Mais peut-être pas as­sez bien, en tout cas dans la fi­ni­tion : Le Bi­han a ra­té son face-à-face avec La­font (13e), Se­ri a trou­vé le po­teau sur un coup franc en­rou­lé (17e) et Pe­rei­ra a man­qué de pré­ci­sion à l’en­trée de la sur­face (38e). Eys­se­ric, lui, au­rait pu bé­né­fi­cier d’un pé­nal­ty après avoir été ac­cro­ché par Diop (37e).

« C’est une des plus belles pre­mières mi-temps que j’aie ja­mais vues, avance Lu­cien Favre, l’en­traî­neur ni­çois. C’était du très haut ni­veau. On les a sur­clas­sés. On doit me­ner 2-0 sans dis­cus­sion. J’ai pris énor­mé­ment de plai­sir de­puis le banc. C’était fan­tas­tique. » EYS SE RI C LI­MITE LES DÉ­GÂTS Mais il n’y a pas de note ar­tis­tique en Ligue 1. Et au pe­tit jeu de l’ef­fi­ca­ci­té, c’est Tou­louse qui s’est mon­tré le meilleur, Jean conver­tis­sant la seule si­tua­tion dan­ge­reuse. « Ce n’est même pas une grosse oc­ca­sion », peste Paul Baysse, de re­tour après un mois et de­mi d’ab­sence. Eys­se­ric a éga­li­sé, sau­vant l’hon­neur et per­pé­tuant ce qui com­mence à res­sem­bler à une tra­di­tion : de­puis cinq matchs, Nice en­caisse le pre­mier but mais ne perd pas. Les Ni­çois ont éga­le­ment un temps de ré­ac­tion très court : ils mettent entre 3 et 9 mi­nutes pour éga­li­ser ! « Après un but, on ne s’af­fole pas, et l’es­prit de groupe qui nous anime fa­ci­lite les choses », ex­plique Ko­ziel­lo.Se pro­file dé­sor­mais la ré­cep­tion du PSG. « Il y au­ra du monde au stade, on se­ra obli­gés d’éle­ver notre ni­veau si on veut un ré­sul­tat », an­ti­cipe le mi­lieu ni­çois.

« Les deux pre­miers mènent un train d’en­fer qu’on main­tient très bien, à part en jan­vier et fé­vrier, ana­lyse Lu­cien Favre. Ce sont deux grosses cy­lin­drées qui re­pré­sentent bien la France en Eu­rope, mais nous, on va conti­nuer à don­ner le maxi­mum, à jouer. » As­su­rés de ter­mi­ner sur le po­dium, les Ni­çois n’ont ef­fec­ti­ve­ment plus rien à perdre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.