L’in­sou­mis a ven­du chè­re­ment sa peau

Avec un score de 24,5 %, Jean-Luc Mé­len­chon a te­nu la dra­gée haute à Em­ma­nuel Ma­cron (28,4 %).

Le Parisien (Paris) - - VAL-DE-MARNE - PAR AGNÈS VIVES AVEC LA RÉ­DAC­TION @Vi­vesAgnes

LE DER­NIER dé­par­te­ment com­mu­niste de France a lui aus­si choi­si Em­ma­nuel Ma­cron (28,4 %). Mais à la dif­fé­rence des ré­sul­tats na­tio­naux, Jean-Luc Mé­len­chon et sa France in­sou­mise, sou­te­nu par le PCF, ré­siste et se place en 2e po­si­tion (24,5 %). Un rap­port de forces to­ta­le­ment dif­fé­rent qui se confirme aus­si avec un Front na­tio­nal conte­nu à 11,5 %. Quant à François Fillon, il dé­passe à peine les 20 %. A no­ter, une par­ti­ci­pa­tion de 78,8 %, un point de plus qu’en 2012. Ma­cron rafle la mise. « Il y au­ra un avant et un après 23 avril, pré­dit Guillaume Gouf­fier-Cha, ex-se­cré­taire de sec­tion PS, res­pon­sable d’En Marche ! 94. Les cli­vages sont dé­pas­sés. Y com­pris dans le dé­par­te­ment. » L’an­cien mi­nistre de l’Eco­no­mie ca­ra­cole en tête, que ce soit dans les villes PS (31 % à Fresnes, chez le seul dé­pu­té-maire à l’avoir ral­lié, Jean-Jacques Bri­dey), mais

aus­si Ca­chan (33,9 %), dans qua­si toutes les villes de droite, (Nogent 34,5 %), dans les villes Mo­Dem (Le Ples­sis 28,3 %), et même… à Vin­cennes (UDI) avec 38 %, son meilleur score. La sur­prise, peut-être : Fon­te­nay, ville FG, où il sup­plante JeanLuc Mé­len­chon. Mé­len­chon ré­siste dans les fiefs

PCF et PS. « Il y a une pous­sée, sou­ligne Fa­bien Guillaud-Ba­taille, se­cré­taire dé­par­te­men­tal du PCF. Le Val-de-Marne veut une vraie gauche, pas une gauche de re­non­ce­ment. » Le can­di­dat adou­bé par le PCF bat tous les re­cords à Va­len­ton (42 %), mais aus­si Ivry (39,7 %) ou Bon­neuil (37,3 %). Il l’em­porte aus­si dans les villes so­cia­listes, comme Cré­teil (27,6 %), Al­fort­ville (27,2 %) et même dans d’an­ciens fiefs : 33,7 % à Ville­juif et 26,9 % à Li­meil. Fillon bat­tu même dans les bas­tions LR. C’est un des séismes. L’an­cien Pre­mier mi­nistre peine à per­cer dans ce scru­tin. Si ce n’est, chez son porte-pa­role dans le 94, Pa­trick Beau­douin (LR) à Saint-Man­dé (39,7 %), Saint-Maur (33,3 %) ou en­core Or­mes­son (29,5 %). Dans toutes les autres villes de droite, il dé­visse. Même à Saint-Mau­rice (28,6 %), ville du sé­na­teur-maire Ch­ris­tian Cam­bon et pa­tron des LR 94.

Ha­mon dis­pa­raît. Il n’y a guère qu’à Al­fort­ville, où le sé­na­teur-maire (PS) Luc Car­vou­nas par­ti­ci­pait ac­ti­ve­ment à sa cam­pagne, qu’il at­teint 11,7 %, son plus fort score, de­vant Le Krem­lin-Bi­cêtre (MRC, 11,2 %). Même à Cré­teil, chez le dé­pu­té-maire (PS) Laurent Ca­tha­la, il reste en de­çà des 10 %. Dès les pre­mières es­ti­ma­tions, le pre­mier se­cré­taire fé­dé­ral, Jo­na­than Kienz­len a ap­pe­lé à vo­ter Ma­cron au se­cond tour.

Le Pen stable. Pas d’ex­plo­sion du FN, qui ne fran­chit pas la barre des 12 %, comme en 2012. Le par­ti le­pé­niste réa­lise ses meilleurs scores à Ville­neuve-le-Roi (20,1 %) ou Ville­neuve-Saint-Georges (18,1 %).

Cré­teil, hier. Jean-Luc Mé­len­chon a ti­tillé Em­ma­nuel Ma­cron dans de nom­breuses villes, et l’a bat­tu dans plu­sieurs fiefs com­mu­nistes et so­cia­listes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.