« La mé­moire de Xa­vier vi­vra à tra­vers nous »

Dans le­quel Xa­vier Ju­ge­lé a été tué.

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

l’as­saillant sont ar­ri­vés à 11 h 30, les vi­sages graves, cer­tains les yeux rou­gis. Le ré­cit cir­cons­tan­cié de leur chef a été per­çu, dixit un des par­ti­ci­pants, comme « bluf­fant de sé­ré­ni­té et de re­cul ».

Le ter­ro­riste, se sou­vient Vic­tor « s’est pré­sen­té face à Xa­vier, sans lui lais­ser au­cune chance. Je pense que Xa­vier n’a pas réa­li­sé. Puis l’as­saillant a fait le tour du vé­hi­cule et ou­vert di­rec­te­ment le feu sur nous. J’avais don­né l’ordre à cha­cun de sor­tir du car, si on avait été à l’in­té­rieur, je ne se­rais pas là pour vous par­ler. »

Cet an­cien CRS, qui a ef­fec­tué plu­sieurs stages au Raid, l’uni­té d’in­ter­ven­tion de la po­lice, a vi­dé son char­geur sur l’as­saillant. Lui-même bles­sé lors des ma­ni­fes­ta­tions contre la loi Tra­vail, en juin 2016, où sa com­pa­gnie est in­ter­ve­nue pour pro­té­ger l’hô­pi­tal Ne­cker, le bri­ga­dier es­time que po­li­cier est plus qu’un mé­tier, c’est une vo­ca­tion. « Nous vi­vons un mo­ment char­nière, une pé- riode très in­stable sur le plan in­ter­na­tio­nal. Nous sommes là pour pro­té­ger et ser­vir cette France que l’on aime, pour que les Fran­çais vivent en paix. Les ter­ro­ristes n’at­tein­dront pas notre mo­ral. Cha­cun d’entre nous re­pré­sente une pe­tite brique du rem­part édi­fié face au ter­ro­risme. »

Lui et ses hommes sont dé­ci­dés à re­par­tir sur le ter­rain. « Nous n’ou­blie­rons ja­mais Xa­vier. Sa mé­moire vi­vra à tra­vers nous. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.