A Lu­ze­nac, l’espoir fait vivre

In­ter­dit de Ligue 2 en 2014, le Pe­tit Pou­cet arié­geois doit sa­voir au­jourd’hui si le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Tou­louse lui donne rai­son.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - SÉ­BAS­TIEN NIETO

quelques se­maines, on sa­ble­ra peut-être le cham­pagne à Lu­ze­nac. Le club ama­teur est sur le point de ga­gner son ac­ces­sion en CFA 2 (cin­quième éche­lon na­tio­nal) pour une deuxième mon­tée en trois ans. Un moindre mal pour le Lu­ze­nac Ariège Py­ré­nées (LAP) qui au­rait pu (dû ?) évo­luer en Ligue 2 lors de la sai­son 20142015 si plu­sieurs des ins­tances spor­tives fran­çaises (LFP, DNCG, CNOSF) ne l’avaient pas écon­duit.

Les Arié­geois n’ont rien ou­blié de cet été ra­va­geur (38 li­cen­cie­ments ou dé­parts). Ils pour­suivent leur com­bat de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Tou­louse, où se tient une au­dience au­jourd’hui, face à la Ligue et la Fé­dé­ra­tion. « Nous sou­hai­tons que notre in­té­gri­té soit re­con­nue, que la jus­tice ad­mette que nous avions le droit d’évo­luer en Ligue 2 », ré­sume Jé­rôme Ducros, le président de la SASP (so­cié­té ano- nyme spor­tive pro­fes­sion­nelle). En clair, Lu­ze­nac de­mande tou­jours que son ac­ces­sion en L 2 soit va­li­dée, ain­si qu’une ré­pa­ra­tion fi­nan­cière. « Avec Fabien Bar­thez, qui est tou­jours le di­rec­teur gé­né­ral, nous nous sommes bat­tus pour gar­der la SASP en vie pen­dant trois ans, ré­gler les dettes et al­ler au bout de­la­pro­cé­dure»,ajou­teDu­cros.

Cet après-mi­di, le tri­bu­nal de­vrait, au moins, ré­pondre à la ques­tion spor­tive. Quoi qu’il se passe, la « plaie » lais­sée ou­verte en 2014 « au­ra du mal à se re­fer­mer », confesse Ch­ris­tophe Ro­dri­guez, ex-di­rec­teur spor­tif et ac­tuel président de l’as­so­cia­tion US Lu­ze­nac. « L’équipe pro était la lo­co­mo­tive du club, mais aus­si du foot­ball arié­geois, voire ama­teur dans sa glo­ba­li­té », ajoute-t-il.

Le bud­get du LAP lors de sa sai­son his­to­rique (2e de Na­tio­nal en 2013-2014) était au­tour de 2,5 M€. Au­jourd’hui, les ama­teurs fonc­tionnent avec en­vi­ron 150 000 €. Et ils ne com­prennent tou­jours pas les dé­ci­sions prises à l’époque : stade non conforme à Foix, vrai-faux ac­cord pour le stade Er­nest-Wal­lon de Tou­louse, comptes in­va­li­dés par le gen­darme fi­nan­cier…

« La Ligue nous a harcelés ! Nous étions les vilains pe­tits ca­nards… Mais il ne faut pas ou­blier que le tri­bu­nal a re­con­nu que nos comptes étaient po­si­tifs et justes », s’ex­clame Jé­rôme Ducros. Con­tac­tées, la LFP et la FFF n’ont pas sou­hai­té faire de com­men­taires avant l’au­dience. Lu­ze­nac at­tend, de toute fa­çon, beau­coup plus.

ses dé­boires, Lu­ze­nac a la fier­té de voir nombre de ses an­ciens ac­teurs briller en France. « Mon en­traî­neur, Ch­ris­tophe Pé­lis­sier, réus­sit à Amiens

Quant à notre pré­pa­ra­teur phy­sique, Ni­co­las Pi­resse, il fi­gure dans le staff des filles de Lyon… Ce­la prouve notre com­pé­tence », souffle Ch­ris­tophe Ro­dri­guez, l’ex- di­rec­teur spor­tif. A ce­la, il faut ajou­ter Guy Ngos­so, mi­lieu à Amiens, Kha­lid Bou­taïb, 2e meilleur buteur de L 2 avec Stras­bourg, ou en­core Jé­rôme Her­gault, ti­tu­laire en dé­fense avec le Red Star, aus­si en L 2. En­fin, Do­na Ndoh, an­cien at­ta­quant dé­sor­mais à Niort, a même connu cette sai­son un 8e de fi­nale de Coupe de France face au PSG.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.