La SNCF met en lo­ca­tion ses voi­tures de fonc­tion

La SNCF met ses vé­hi­cules d’en­tre­prise en lo­ca­tion le week-end, entre 15 et 26 € la jour­née. Un ser­vice pro­po­sé dans 9 gares au­jourd’hui, mais une cen­taine d’ici à la fin de l’an­née.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - VINCENT VÉRIER

de pe­tites éco­no­mies. La SNCF met à dis­po­si­tion de ses clients, moyen­nant fi­nances, ses voi­tures d’en­tre­prise. L’ex­pé­ri­men­ta­tion, lan­cée en sep­tembre dans des gares bre­tonnes (Vannes, Rennes, Saint-Brieuc, Brest, Re­don), a été éten­due hier à Agen, Bor­deaux, Bayonne et Lyon-PartDieu. Soit 9 gares aux­quelles vont s’ajou­ter pro­chai­ne­ment celles de Tours et de Nantes.

Près d’une cen­taine de voi­tures es­tam­pillées SNCF peuvent être louées, es­sen­tiel­le­ment des pe­tites ci­ta­dines type Clio ou Mé­gane blanches, par­fois des com­mer­ciales (avec seule­ment deux places), mais aus­si des uti­li­taires. Des voi­tures que les par­ti­cu­liers peuvent em­prun­ter uni­que­ment du ven­dre­di soir au di­manche soir quand elles ne sont pas uti­li­sées par les che­mi­nots.

Pour les louer, il faut pas­ser par l’ap­pli­ca­tion Oui­Car, l’un des lea­deurs fran­çais de la lo­ca­tion de voi­tures entre par­ti­cu­liers (un mil­lion de membres et 30 000 voi­tures pro­po­sées, soit l’équi­valent du parc fran­çais d’Avis ou de Hertz). En juin 2015, la SNCF a in­ves­ti 28 M€ dans cette start-up afin de de­ve­nir ma­jo­ri­taire. « Son ob­jec­tif était de fa­vo­ri­ser la mo­bi­li­té de porte à porte, dé­crypte Ma­rion Car­rette, fon­da- trice de Oui­Car. De pro­po­ser une offre de trans­port sup­plé­men­taire à ses clients dans les gares, no­tam­ment dans les plus pe­tites où l’offre de trans­port est faible. »

Pour prendre pos­ses­sion de ces voi­tures, pas be­soin d’in­ter­mé­diaire. Il suf­fit d’un smart­phone, équi­pé du Blue­tooth, sur le­quel a été té­lé­char­gée l’ap­pli­ca­tion Oui­Car. En ap­pro­chant le té­lé­phone du vé- hi­cule loué, un boî­tier élec­tro­nique em­bar­qué à l’in­té­rieur le dé­tecte. Les portes s’ouvrent et vous ré­cu­pé­rez la clé.

D’ici à la fin de l’an­née, Oui­Car am­bi­tionne de pro­po­ser ce ser­vice dans une cen­taine de gares, soit 500 à 1 000 voi­tures SNCF dis­po­nibles. « A terme, l’ob­jec­tif est d’équi­per les 3 000 gares du ré­seau fer­ré fran­çais, confie Ma­rion Car­rette. La SNCF pos­sède 20 000 voi­tures, nous es­pé­rons en pro­po­ser à la lo­ca­tion le tiers. » Quant au prix de la lo­ca­tion, il os­cille de 15 € à 26 € la jour­née, soit 30 à 40 % moins cher que chez un loueur clas­sique. Un ta­rif sur le­quel la com­pa­gnie fer­ro­viaire em­poche 70 %. « C’est le prix du mar­ché de la lo­ca­tion entre par­ti­cu­liers, pour­suit la créa­trice de la star­tup. Ce­la per­met à la SNCF de mieux ren­ta­bi­li­ser son parc et de di­mi­nuer le coût de son lea­sing. Mais ce n’est pas ça qui va per­mettre d’ajou­ter une ligne à son chiffre d’af­faires. L’im­por­tant, c’est le ser­vice que ça ap­porte. »

A l’en­tendre, d’autres so­cié­tés pour­raient suivre l’exemple. « Ce­la pour­rait être in­té­res­sant de dé­ve­lop­per ça avec une en­tre­prise pré­sente dans les aé­ro­ports. Mais pour l’ins­tant, on tra­vaille avec les conces­sion­naires et les ga­ra­gistes. Louer leurs voi­tures leur ap­porte un com­plé­ment de re­ve­nu. » Après Volks­wa­gen, Re­nault et FiatCh­rys­ler, le groupe fran­çais est vi­sé par une en­quête des juges d’ins­truc­tion sur des soup­çons de trom­pe­rie dans les dis­po­si­tifs de contrôle aux émis­sions pol­luantes de vé­hi­cules die­sels. Une in­for­ma­tion ju­di­ciaire a été ou­verte le 7 avril. le groupe fran­co-suisse, « doivent être condam­nés », a es­ti­mé hier le mi­nistre de l’Eco­no­mie et des Fi­nances, Mi­chel Sa­pin. Le ci­men­tier est mis en cause pour avoir fi­nan­cé in­di­rec­te­ment des groupes ar­més en Sy­rie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.