An­gers, 60 ans après

Les An­ge­vins se hissent en finale de la Coupe de France pour la pre­mière fois de­puis 1957.

Le Parisien (Paris) - - FOOTBALL - DENOTRECORRESPONDANT CHARLES GUYARD À AN­GERS (MAINE-ET-LOIRE)

Le seuil des de­mi-fi­nales de la Coupe de France, s’est, long­temps, ré­vé­lé in­fran­chis­sable pour An­gers. Un vé­ri­table Cap Horn. Mais au­cune sé­rie n’est éter­nelle. Hier soir, dans un stade Ray­mond Ko­pa bi­gar­ré et fes­tif, le SCO a rom­pu le ma­lé­fice face à Guin­gamp (2-0) pour com­pos­ter son via­tique pour le stade de France où il dé­fie­ra le 27 mai Pa­ris ou Mo­na­co. « C’est his­to­rique. Il y avait tel­le­ment de pres­sion tout au long de la jour­née. J’avais la trouille, l’im­pres­sion de faire ma ren­trée sco­laire. Le job n’est pas fi­ni », com­mente Saïd Chabane le pré­sident an­ge­vin.

LE­TEL­LIER RE­POUSSE UN PE­NAL­TY

Son club n’avait plus épou­sé pa­reille tra­jec­toire de­puis 1957. Cette an­née là, il avait alors tré­bu­ché sur la der­nière marche, ba­layé comme un fé­tu de paille par Tou­louse (6-3). Mais l’heure n’était pas à se res­sas­ser de dou­lou­reux sou­ve­nirs, mais bien au contrai- re à la com­mu­nion entre des joueurs et un pu­blic pas­sés par toutes les cou­leurs de l’arc-en-ciel émo­tion­nel.

« Soixante ans après en­trez dans la lé­gende », ex­hor­tait une ban­de­role dé­ployée au coup d’en­voi par le prin­ci­pal kop an­ge­vin. Mes­sage re­çu. Man­ga­ni, déjà buteur contre l’EAG un mois plus tôt en Ligue 1 et To­koE­kam­bi sont deux des hé­ros de ce match. Mais il ne faut sur­tout pas omettre, au mo­ment de dé­cer­ner les lau­riers, Le­tel­lier prompt à re­pous­ser le pe­nal­ty ima­gi­naire de Briand en toute fin de ren­contre.

For­cé­ment, dans le camp d’en face, Kom­boua­ré, le tech­ni­cien guin­gam­pais était as­sailli par les re­grets. « On a eu un ca­deau du ciel avec ce pe­nal­ty. On n’a pas réus­si à en pro­fi­ter. Comment après ne pas éprou­ver une grande dé­cep­tion ».

Voi­là dé­sor­mais les hommes de Sté­phane Mou­lin à 90 mi­nutes voire un peu plus d’un pre­mier suc­cès dans la doyenne des com­pé­ti­tions. Mais de la coupe aux lèvres, il y a en­core un écueil. Ou plu­tôt l’Eve­rest, in­car­né par Pa­ris ou Mo­na­co. Tout sim­ple­ment les deux der­nières équipes à être ve­nues s’im­po­ser, avec dif­fi­cul­té, dans l’antre du SCO.

Stade Ray­mond-Ko­pa (An­gers), hier soir. Les An­ge­vins fé­li­citent Man­ga­ni (à droite), au­teur du pre­mier but de la ren­contre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.