L’école des pe­tits gé­nies

La pré­pa Ipé­com va ou­vrir une classe pour les élèves pré­coces. Ils pour­ront suivre le pro­gramme de 4e et de 3e en une an­née.

Le Parisien (Paris) - - LE JOURNAL DE PARIS -

donc une douce pres­sion. L’idée d’An­nie Rei­thamm est plu­tôt gé­né­reuse. « On voit sou­vent des élèves nous ar­ri­ver to­ta­le­ment per­dus. Chez nous, dans les classes de 10 à 15 élèves, ils s’épa­nouissent à nou­veau. » Cette re­cette de la réus­site, elle veut la faire pas­ser pour les élèves pré­coces ou à haut po­ten­tiel. « C’est sou­vent en classe de 5e ou de 4e qu’ils se mettent à se dé­mo­ti­ver. Parce que les cours ne vont pas as­sez vite. Ici, je leur pro­pose de faire deux an­nées en une. De faire le pro­gramme de la 4e et de la 3e en même temps », lance-t-elle. « Je veux leur re­don­ner le plai­sir d’ap­prendre par l’ef­fort, leur re­don­ner confiance. »

Car les élèves qu’elle re­çoit sont bien sou­vent des en­fants à la li­mite du dé­cro­chage. Ils ar­rivent dans son bu­reau sur les conseils d’un psy­cho­logue ou à la de­mande de pa­rents désem­pa­rés. Une étude des bul­le­tins et un en­tre­tien per­mettent de dé­tec­ter les po­ten­tiels, avant l’en­trée dans la cour des grands de l’Ipé­com… pour une an­née dont la sco­la­ri­té s’élève quand même à 8 900€.

Quatre élèves sont déjà ins­crits dans cette pre­mière an­née de classe trem­plin. « A huit élèves ins­crits, on se lan­ce­ra », as­sure la di­rec­trice. Lau­riane, une jeune élève de ter­mi­nale a été re­pê­chée ici en mars der­nier après avoir su­bi les cri­tiques de ses ca­ma­rades parce qu’elle était « trop cu­rieuse », sou­ligne-t-elle. Pour la di­rec­trice, pas de doute, cette école n’est pas comme les autres : « Les plus jeunes vont vite s’adap­ter. Et ce se­ra très po­si­tif, pour eux, de ren­con­trer dans les cou­loirs des élèves plus âgés. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.