Sur le toit de la Grande Arche

Nous avons vi­si­té en avant-pre­mière le chan­tier qui s’achève au som­met de l’édi­fice. Il ac­cueille­ra le pu­blic à par­tir du 1er juin.

Le Parisien (Paris) - - LE JOURNAL DE PARIS -

uni­que­ment vers Pa­ris, à condi­tion de se his­ser sur la pointe des pieds. « Sur le toit, il y avait une plate-forme d’at­ter­ris­sage pour hé­li­co­ptères. Elle n’a semble-t-il ser­vi qu’une fois, pour ac­cueillir le pré­sident amé­ri­cain Bill Clin­ton à l’oc­ca­sion du G 7 or­ga­ni­sé à la Grande Arche en 1989 », ra­conte Co­rinne de Conti, pré­si­dente de Ci­ty One 111.

Au­jourd’hui, les hé­li­cos se posent sans pro­blème sur le par­vis de La Dé­fense si be­soin. Le toit de 1 ha a été to­ta­le­ment re­con­ver­ti en es­pace de pro­me­nade, avec une pas­se­relle de 1 000 m² orien­tée est-ouest et of­frant une vue à 360 °.

On re­gret­te­ra de ne pas pou­voir dé­jeu­ner sur cette ter­rasse ma­gique. « La Grande Arche est une oeuvre d’art que les ar­chi­tectes et l’en­tre­prise en charge de la res­tau­ra­tion, l’agence Va­lode & Pistre avec Eif­fage, de­vaient res­pec­ter », ex­plique l’ex­ploi­tant. Pour dé­cou­vrir ce pa­no­ra­ma, le ti­cket plein ta­rif coû­te­ra 15 €, plus 4 € pour l’ex­po­si­tion de pho­to­jour­na­lisme (gratuite pour les - 16 ans). Le toit se­ra ou­vert toute l’an­née, 7 jours sur 7, de 9 h 30 à 19 heures. Ci­ty One 111 a déjà des idées pour pro­fi­ter de cette vue : des cours de yo­ga au le­ver du so­leil, ou des séances de ci­né­ma en plein air le soir…

Avant d’ac­cé­der au bel­vé­dère, Le vi­si­teur tra­ver­sait un mu­sée, pré­sen­tant l’his­toire des or­di­na­teurs et des jeux vi­déo, qui avait sur­tout le mé­rite d’exis­ter…

Un es­pace d’ex­po­si­tion de 1 400 m² est dé­dié au pho­to­jour­na­lisme, sous la hou­lette de Jean-Fran­çois Le­roy, fon­da­teur du festival de Per­pi­gnan « Vi­sa pour l’image ». Pre­mière in­vi­tée, Sté­pha­nie Sin­clair, une Amé­ri­caine dont le re­gard té­moigne de la tra­di­tion des ma­riages pré­coces à tra­vers le monde.

On pou­vait dé­jeu­ner dans le toit de l’Arche entre des murs aveugles, sans lu­mière na­tu­relle, des plats pré­pa­rés ailleurs, faute de cuisine.

Jean-Ch­ris­tophe Du­mo­net, chef du res­tau­rant Jo­sé­phine (rue du Cherche-Mi­di, Pa­ris VIe) dres­se­ra 50 cou­verts au pied des marches du bel­vé­dère, et pro­po­se­ra des as­siettes pré­pa­rées sur place avec des pro­duits frais. Les tables des Jar­dins de Jo­sé­phine don­ne­ront sur un pa­tio et sur une ter­rasse. Pas de vue di­recte, mais on pro­fite au moins de la lu­mière ex­té­rieure. « A cô­té, nous au­rons une offre un peu moins chère pour un dé­jeu­ner ra­pide avec un cor­ner Li­na’s », pré­cise Co­rinne de Conti.

Les quatre as­cen­seurs pa­no­ra­miques ne pou­vaient pas fonc­tion­ner si le vent at­tei­gnait 50 km/h.

Ils ré­sistent dé­sor­mais à des vents jus­qu’à 80 km/h. « Au-de­là, deux as­cen­seurs si­tués dans le pi­lier sud sont ac­ces­sibles au pu­blic, quel que soit le temps », ex­plique Co­rinne de Conti. Ils re­lient le 3e au 35e étage en moins d’une mi­nute.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.