577

Eli­mi­nés de la pré­si­den­tielle, les Ré­pu­bli­cains misent — sans trop y croire — sur une vic­toire en juin qui dé­bou­che­rait sur une co­ha­bi­ta­tion.

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

mieux ar­mé pour me­ner ce com­bat, alors que le PS est ré­duit en lam­beaux et qu’Em­ma­nuel Ma­cron est en­core loin d’avoir fi­na­li­sé ce tra­vail d’in­ves­ti­ture. Reste donc aux di­ri­geants LR à res­ter unis et à s’en­tendre sur la ligne po­li­tique. « Il faut jouer en équipe et avoir un es­prit col­lec­tif, res­pec­ter toutes les sen­si­bi­li­tés », es­time la pré­si­dente de la ré­gion Ile-de-France, Va­lé­rie Pé­cresse, in­quiète comme d’autres élus de voir le parti se re­fer­mer sur sa base la plus droi­tière, tout en étant per­sua­dée que, « pour ces lé­gis­la­tives, nos idées peuvent en­core ga­gner ». « Je suis ab­so­lu­ment convain­cu que nous pou­vons ob­te­nir une ma­jo­ri­té par­le­men­taire qui n’est pas de la sen­si­bi­li­té du fu­tur pré­sident », ren­ché­rit Fran­çois Ba­roin. Mais loin de cet op­ti­misme de fa­çade, sous le man­teau, un chiffre cir­cule Rue de Vau­gi­rard (XVe), au siège du parti, qui ef­fraie tout le monde : ce­lui de 100. L’équi­valent du nombre de vic­toires an­non­cées à l’is­sue du scru­tin de juin pour les Ré­pu­bli­cains, se­lon des pro­jec­tions in­ternes four­nies sur la base des der­nières ré­gio­nales de 2015 et de la pré­si­den­tielle. Un chiffre au­quel pour­raient potentiellement s’ad­di­tion­ner une quin­zaine de cir­cons­crip­tions ga­gnées par les al­liés cen­tristes de l’UDI. C’est loin, très loin des 289 cir­cons­crip­tions né­ces­saires pour ob­te­nir une ma­jo­ri­té dans l’hé­mi­cycle. Une claque qui son­ne­rait comme une ca­tas­trophe po­li­tique mais aus­si éco­no­mique pour LR, tou­jours ex­sangue fi­nan­ciè­re­ment de­puis 2012 et l’af­faire Byg­ma­lion. Le fi­nan­ce­ment pu­blic des par­tis étant condi­tion­né par les ré­sul­tats ob­te­nus aux élec­tions lé­gis­la­tives.

«Mais­quan­don­fai­tu­ne­cam­pagne, c’est quand même pour la ga­gner », se re­prend Thier­ry So­lère. « On peut en­core avoir la ma­jo­ri­té à l’As­sem­blée… même re­la­tive », en­chaîne Ro­ger Ka­rout­chi, en ta­blant sur un épar­pille­ment si­gni­fi­ca­tif des sièges dans l’hé­mi­cycle, avec des blocs FN, la France in­sou­mise et En Marche ! qui se­raient éga­le­ment dans le même étiage.

His­toire de ras­su­rer les élec­teurs, charge a été confiée à Eric Wo e r t h d e r e p r e n d r e l e pro­gramme. « Je tra­vaille des­sus de­puis lun­di et on de­vrait com­mu­ni­quer as­sez vite sur de pre­mières pro­po­si­tions », confie-t-il. Si la base du pro­jet pré­si­den­tiel de Fran­çois Fillon de­vrait en être la ma­trice, plu­sieurs pro­po­si­tions en fa­veur des classes moyennes et po­pu­laires de­vraient y être ajou­tées. Ce qui a cruel­le­ment man­qué pen­dant la cam­pagne pré­si­den­tielle. Avec un très pro­bable re­tour des heures sup­plé­men­taires dé­fis­ca­li­sées et des baisses d’im­pôts pro­mises.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.