Pour Ba­roin, l’im­por­tant… c’est d’être Pre­mier mi­nistre

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

a presque son­né comme une évi­dence. Qui pour conduire la ba­taille des lé­gis­la­tives ? Fran­çois Ba­roin, bien sûr ! Dé­jà pres­sen­ti comme pos­sible Pre­mier mi­nistre de Ni­co­las Sar­ko­zy, puis de Fran­çois Fillon, le maire de Troyes (Aube) conti­nue d’y croire ! Même après la claque re­çue par son camp au 1er tour de la pré­si­den­tielle… A l’heure où la me­nace d’une im­plo­sion plane chez les Ré­pu­bli­cains et où les am­bi­tions des uns et des autres res­sur­gissent, comme au­tant de risques de ra­vi­ver la guerre des chefs à droite, Fran­çois Ba­roin reste en­core le meilleur dé­no­mi­na­teur com­mun. « Il peut par­ler à toutes les sen­si­bi­li­tés : gaul­liste, hu­ma­niste, droi­tière, cen­triste, eu­ro­péen- ne, c’est un point d’équi­libre. Il a cette qua­li­té-là », té­moigne le dé­pu­té LR Thier­ry So­lère. « Il y a beau­coup de ten­sions dans le parti. Fran­çois est un fac­teur d’apai­se­ment », ren­ché­rit Brice Hor­te­feux, quand d’autres louent son ex­pé­rience avec des pas­sages à la tête de gros mi­nis­tères : l’In­té­rieur, Ber­cy.

Hier ma­tin, sur CNews, le prin­ci­pal in­té­res­sé a, de lui­même, ver­ba­li­sé son offre de ser­vice : « Si les Fran­çais veulent

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.