Après 24 heures de crise entre TF 1, France 2, le CSA et les can­di­dats, ce sont fi­na­le­ment Na­tha­lie Saint-Cricq et Ch­ris­tophe Ja­ku­bys­zyn qui pré­sen­te­ront le dé­bat d’entre-deux-tours pour res­pec­ter la pa­ri­té.

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS -

des ser­vices po­li­tique des deux ré­dac­tions. Cette prise de conscience tar­dive est tout sauf spon­ta­née. Elle a sur­gi mar­di ma­tin lors d’une réunion au CSA qui réunis­sait Mi­chel Field, Ca­the­rine Nayl, les pa­trons de la ré­dac­tion de TF 1 et France Té­lé­vi­sions, Syl­vain Fort, d’En Marche !, Da­vid Ra­chline et Flo­rian Phi­lip­pot, du Front na­tio­nal, et pour le CSA Oli­vier Schra­meck, Syl­vie Pierre-Bros­so­lette et Jean-Fran­çois Mary. pieds dans le plat : pour­quoi pas un homme et une femme à la pré­sen­ta­tion ? Le re­pré­sen­tant d’Em­ma­nuel Ma­cron ac­quiesce. Comment ré­sis­ter à une telle « sug­ges­tion » ? TF 1 et France 2 doivent re­voir leur co­pie sans vexer les deux stars de l’in­fo.

C’est parti pour une longue jour­née de trac­ta­tions… Tout le monde dé­fend sa star. TF 1 pro­pose fi­na­le­ment de rem­pla­cer Gilles Bou­leau par Anne-Claire Cou­dray. Le FN met son ve­to : Ma­rine Le Pen a fus­ti­gé plu­sieurs fois la pré­sen­ta­trice des JT du week-end pour son pré­ten­du « ma­cro­nisme ».

TF 1 et France 2 cherchent un com­pro­mis. Ju­lian Bu­gier, Au­drey Cres­po-Ma­ra, Léa Sa­la­mé : ces pistes sont vite aban­don­nées. Les chaînes optent pour la lé­gi­ti­mi­té des deux chefs de ser­vice po­li­tique, Ja­ku­bys­zyn et Saint-Cricq. « Mais c’est un choix par dé­faut, le plus pe­tit dé­no­mi­na­teur com­mun qui ne convient à per­sonne », ajoute un ob­ser­va­teur. Dans les deux chaînes, on s’agace de l’in­ter­fé­rence du CSA qui a pro­vo­qué un pa­ta­quès po­li­ti­co-mé­dia­tique. « Le dé­bat BFMTV/CNews était pré­sen­té par deux femmes et per­sonne n’a rien trou­vé à redire, s’agace un cadre de TF 1. La mixi­té, c’est un prin­cipe gé­né­ral qu’on s’ap­plique dé­jà. Et c’est aux chaînes de dé­ci­der comment ce­la se met en oeuvre. On cô­toie l’en­tou­rage des deux can­di­dats de­puis des se­maines sans qu’ils nous aient aver­ti. »

Au CSA, Syl­vie Pierre-Bros­so­lette dé­fend sa po­si­tion. « A part en 1995, ce dé­bat a tou­jours été pré­sen­té par un homme et une femme.TF 1etF­rance2ont­peu­têtre com­mu­ni­qué trop vite… Prendre les présentateurs du 20 Heures, c’est la so­lu­tion de facilité. De­puis 1988, les chaînes nous de­mandent d’être le mé­dia­teur de la soi­rée. On donne donc notre avis et le res­pect de la pa­ri­té fait par­tie de nos pré­ro­ga­tives », lance cette sage de l’au­dio­vi­suel. Da­vid Pu­ja­das avait dé­jà été pri­vé de dé­bat en 2007 : la chaîne pu­blique avait dé­pê­ché Ar­lette Cha­bot, alors di­rec­trice de la ré­dac­tion, pour ar­bi­trer avec PPDA le face-à-face Sar­ko­zy-Royal. Une folle jour­née qui a mis en lu­mière l’exi­gence de pa­ri­té, mais aus­si la pro­pen­sion des po­li­tiques à choi­sir des jour­na­listes et à en re­fu­ser d’autres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.