QUEL EST LE CAN­DI­DAT QUI JOUE LE MIEUX AVEC SON IMAGE ?

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR - PROPOS RECUEILLIS PAR DOMITILLE ARRIVET

Ma­cron.

J’ai vo­té pour lui. A la té­lé­vi­sion, il a un air un peu naïf, un peu jeune. Mais il n’est pas dans les af­faires, ce n’est pas un vo­leur. Même l’af­faire de la Ro­tonde, ce n’est pas une er­reur de com, il s’est en­suite ex­pli­qué. Le Pen, on voit qu’elle fait des ef­forts pour avoir une bonne image alors qu’elle a un vi­sage dur. Ce­la fait hy­po­crite.

Le Pen

est plus forte. C’est gé­né­tique chez les Le Pen. Ma­rine a sur le vi­sage un masque fi­gé et on voit qu’elle le cor­rige. Ma­cron est l’exact contraire. Avec son air de boys­cout, il est plus per­ni­cieux : il pré­pare l’as­ser­vis­se­ment des tra­vailleurs. Pour moi, l’image n’y fe­ra rien. Je ne pour­rai vo­ter pour au­cun d’eux.

Ma­cron.

Di­manche après les ré­sul­tats du pre­mier tour, il est mon­té sur l’es­trade. Il est jeune, il donne une autre image de la France. Je vo­te­rai pour lui. Et puis, il est beau et tou­jours classe. Ce­la lui donne l’air pro­fes­sion­nel. Le Pen a un air dur, elle a be­soin de tra­vailler son image pour que les Fran­çais votent pour elle.

Je ne sais pas.

J’ai vu Ma­cron à Amiens mer­cre­di, mais ce ne sont pas ces images qui lui fe­ront ga­gner l’élec­tion. Il gère mieux son parcours mais il blesse les gens. Comme il l’avait fait quand il avait dit à des gré­vistes qui al­laient être au chô­mage que s’ils vou­laient s’ache­ter un cos­tard comme le sien ils n’avaient qu’à tra­vailler.

Le Pen

a beau­coup tra­vaillé son image. Ma­cron est dé­ca­lé. Par­fois, lors de ses mee­tings, il s’em­porte de fa­çon sur­faite. Ce­la lui donne des élans po­pu­listes. Lun­di sur France 2, lors­qu’il a re­gar­dé la ca­mé­ra droit dans les yeux, c’était trop. Mais il est plus jeune. Ils ont tous des conseillers pour tra­vailler leur image, il va s’amé­lio­rer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.