LES mots

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR -

Entre Ma­cron et Le Pen, la ba­taille ver­bale se joue sur le sens des mots. « Cha­cun veut im­po­ser sa propre dé­fi­ni­tion, sa propre vi­sion du peuple. Lui se pré­sente comme son porte-pa­role, il ne se met pas à son ni­veau, il prend de la hau­teur. Elle sou­haite mon­trer qu’elle en fait par­tie », dé­crypte le lin­guiste Julien Lon­ghi, spé­cia­liste de l’ana­lyse du dis­cours po­li­tique. Le nom propre « France » sus­cite le même genre d’op­po­si­tion. « Pour le pre­mier, c’est un pays eu­ro­péen dy­na­mique. Pour la se­conde, c’est une en­ti­té avec une culture, une langue », pour­suit le pro­fes­seur à l’uni­ver­si­té de Cer­gyPon­toise.

Pour « faire peuple », la pré­ten­dante du FN a eu re­cours ces der­niers jours à des ex­pres­sions fa­mi­lières comme « ser­rer le ki­ki » (en guise de sy­no­nyme d’« étran­gler ») ou « tout pour­ri » pour qua­li­fier le front ré­pu­bli­cain. « Par cette trans­gres­sion, elle en­tend mon­trer une cer­taine proxi­mi­té avec ses in­ter­lo­cu­teurs, être dans le mi­mé­tisme pour créer de la conni­vence », ex­plique l’ex­pert.

Le chef de file d’En Marche ! a da­van­tage « un lan­gage théo­rique, gé­né­ra­liste, avec l’emploi de mots comme pro­jet ou in­no­va­tion, qui in­carnent un état d’es­prit. » Le Pen, elle, mise sur un vo­ca­bu­laire « tour­né vers le pas­sé », qui ren­voie à « la gran­deur de la France » avec des mots comme « re­ve­nir » ou « re­dres­se­ment ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.