Ar­rê­té avec des cou­teaux au coeur de Londres

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

Un homme ar­mé de cou­teaux et sus­pec­té de vou­loir com­mettre une at­taque ter­ro­riste a été ar­rê­té hier après-mi­di à Londres près du Par­le­ment de West­mins­ter, théâtre d’un at­ten­tat qui a fait cinq morts, dont un po­li­cier, le 22 mars. Agé de 27 ans, le sus­pect a été pla­cé en garde à vue.

« Tout s’est pas­sé en quelques se­condes, a re­la­té Nik­las Halle’n, un pho­to­graphe pi­giste de l’AFP té­moin des faits. Il y avait un homme al­lon­gé au sol, il avait l’air plu­tôt calme. Je ne pou­vais pas voir son vi­sage à ce mo­ment-là, et en­suite il a été ar­rê­té par un po­li­cier, et em­me­né. » Les forces de l’ordre ont in­di­qué que plu­sieurs grands cou­teaux ont été re­trou­vé sur lui.

Le 22 mars, un homme avait fon­cé dans la foule avec son vé­hi­cule sur le pont de West­mins­ter, face à Big Ben, avant de poi­gnar­der mor­tel­le­ment un po­li­cier. L’au­teur, Kha­lid Ma­sood, un Bri­tan­nique conver­ti à l’is­lam, avait été tué par la po­lice. L’at­ten­tat a été re­ven­di­qué par le groupe dji­ha­diste Etat is­la­mique (EI), mais Scot­land Yard a dit ne pas avoir « trou­vé de preuve d’une as­so­cia­tion » de Ma­sood avec l’EI ou Al-Qaï­da, ni de preuve qu’il s’était ra­di­ca­li­sé en pri­son.

De­puis août 2014, le ni­veau d’alerte ter­ro­riste au Royaume-Uni a été fixé à « grave », le qua­trième éche­lon sur une échelle qui en compte cinq, et n’a pas été chan­gé par l’at­ten­tat de mars.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.