Les faux ju­meaux de Mo­na­co

Pro­prié­té d’un mil­liar­daire ukrai­nien, la Ro­ca Team, ac­tuel­le­ment en tête de Pro A, dis­pute au­jourd’hui la demi-fi­nale de la Ligue des cham­pions. Tiens, tiens…

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - DENOTREENVOYÉSPÉCIAL ÉRIC BRUNA ÀMONACO

BAS­KET. Cette ASM-là est aus­si lea­deuse du cham­pion­nat, de­mi­fi­na­liste de la Ligue des cham­pions, pré­si­dée par un oli­garque et joue à Louis-II. Découverte de l’autre équipe phare du Ro­cher.

« QUAND j’ai dit que je si­gnais à Mo­na­co (NDLR : en 2015), des gens que je n’avais pas vus de­puis long­temps pen­saient que je par­tais fi­nir ma car­rière en 3e ou 4e di­vi­sion ! » Ama­ra Sy, 35 ans, ca­pi­taine de l’équipe de bas­ket mo­né­gasque, en rit en­core. Ce week-end, la Ro­ca Team, as­su­rée de ter­mi­ner pre­mière de la sai­son ré­gu­lière de Pro A, dis­pute à Te­ne­rife (Es­pagne) le Fi­nal Four de la toute ré­cente Ligue des cham­pions. Cet après-mi­di, demi-fi­nale face aux Turcs de Ban­dir­ma Ban­vit*. Tout ça ne vous rap­pelle rien ? Dans les en­trailles du stade Louis-II, salle Gas­ton-Mé­de­cin, les bas­ket­teurs de la prin­ci­pau­té évo­luent… sept étages en des­sous de la pe­louse dé­vo­lue aux ara­besques des princes Mbap­pé et consorts, eux aus­si en haut de l’af­fiche — foot­bal­lis­tique — en cette fin de sai­son.

De­puis l’ar­ri­vée du dis­cret mais vol­ca­nique mil­liar­daire ukrai­nien Ser­guei Dya­de­ch­ko en 2013, l’ASM Bas­ket, alors en 3e di­vi­sion, n’en fi­nit plus de grim­per. « Quand je jouais ici dans les an­nées 1990 de­vant 150 per­sonnes, je n’au­rais ja­mais cru que le bas­ket puisse prendre comme ça à Mo­na­co, souffle Oli­vier Bas­set, as­sis­tant du coach mon­té­né­grin Zvez­dan Mi­tro­vic. Mais on amène un spectacle, et les Mo­né­gasques, même s’ils ne sont pas hy­per spor­tifs dans l’âme, aiment le spectacle. L’an­née der­nière, les gens étaient las du jeu mé­diocre du foot mal­gré leurs ré­sul­tats, ils sont ve­nus poin­ter leur nez ici… De­puis, ils vont aux deux. »

DES MOYENS SANS COM­MUNE ME­SURE AVEC L’ASM

A 10 et 15 € les places en Pro A — où Mo­na­co af­fiche 1 200 spec­ta­teurs de moyenne dans une en­ceinte vé­tuste pous­sée à 2 800 sièges —, pas de quoi ex­plo­ser son por­te­feuille… « Nous avons aus­si pro­po­sé des billets cou­plés foot-bas­ket, ex­plique Ro­main Lou­lergue, dé­ta­ché au­près du club par le gou­ver­ne­ment mo­né­gasque pour la com­mu­ni­ca­tion. L’idéal se­rait de mu­tua­li­ser l’image des deux équipes. On a beau­coup de joueurs de bas­ket qui vont au foot, et in­verse ment .» Sur le plan fi­nan­cier, en re­vanche, les deux en­ti­té s sont à des an­nées- lu­mière. Avec ses 6,6 M€ de bud­get( le 3e de Pro A), le Mo­na­co des pa­niers est lar­ge­ment plus lé­ger que ce­lui des fi­lets (145 M€). Et le mo­dèle éco­no­mique du bas­ket — qui conti­nue de payer une triple re­de­vance (450 000 €) à la Ligue pour com­pen­ser le sta­tut fiscal de la prin­ci­pau­té — pour­rait tour­ner moins rond que ce­lui des foo­teux.

A son ar­ri­vée, l’an­cien ban­quier Dya­de­ch­ko s’est en­ga­gé à in­ves­tir sur ses fonds propres pen­dant cinq ans. Les joueurs ont pour la plu­part des con­trats d’un an. Au cas où… Le club, qui ne compte que quatre em­ployés ad­mi­nis­tra­tifs, est au­jourd’hui à la re­cherche de par­te­naires pour évi­ter la crise de crois­sance. « Gran­dir aus­si vite, c’est vrai que ça peut faire peur », souffle Sy. « On a des pe­tites craintes car la struc­ture n’est pas adap­tée au plus haut ni­veau eu­ro­péen

(NDLR : l’Eu­ro­ligue), pour­suit Bas­set. Au ni­veau des di­ri­geants, de la prin­ci­pau­té ou de pos­sibles spon­sors, ça va tel­le­ment vite qu’on met un peu la char­rue avant les boeufs. Ce n’est pas une cri­tique, juste un constat. Re­gar­dez notre salle… » Le com­plexe de Louis-II date en ef­fet de 1985 et la construc­tion de nou­velles in­fra­struc­tures spor­tives sur un ter­ri­toire de 2 km2 est une sa­crée ga­geure. « En même temps, lâche Bas­set, c’est tou­jours plus fa­cile de de­man­der quand on a des ré­sul­tats… » * L’autre demi-fi­nale op­pose ce soir (21 heures) Te­ne­rife à Ve­nise.

Bran­don Da­vies et les Mo­né­gasques sur­volent les dé­bats cette an­née en cham­pion­nat et sont as­su­rés de ter­mi­ner pre­miers de la sai­son ré­gu­lière. Et ne sont plus qu’à deux vic­toires d’un titre eu­ro­péen.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.