Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

roisse. Cet en­ga­ge­ment est le ré­sul­tat d’un « vote au sein de l’équipe pas­to­rale élar­gie ». « Etre ch­ré­tien, ce n’est pas se taire, c’est prendre la pa­role. Compte te­nu de l’en­jeu, nous pen­sons qu’il faut faire bar­rage au FN. Le risque Le Pen est plus im­por­tant au­jourd’hui qu’en 2002 », s’in­quiète le prêtre, crai­gnant « une dis­per­sion des voix ». De­main, lors de la cé­lé­bra­tion de la messe, l’ap­pel mar­te­lant que « ni le re­pli iden­ti­taire, ni le re­jet des im­mi­grés, ni l’iso­le­ment de notre pays hors de l’Union eu­ro­péenne ne consti­tuent des fon­de­ments pour une France apai­sée », se­ra lu aux fi­dèles ras­sem­blés dans l’édi­fice du XVIe siècle.

Mi­reille, pa­rois­sienne qui s’oc­cupe des fleurs, entre autres, ap­plau­dit l’ini­tia­tive. « Je suis ra­vie, c’est une idée gé­niale, il était temps », souffle, sous la nef, cette « ca­tho de gauche » sep­tua­gé­naire. « Je n’ai pas com­pris pour­quoi l’épis­co­pat n’a pas ré­agi, et je ne suis pas la seule ! L’Eglise a dé­jà une image si dé­plo­rable », s’étonne sa voi­sine Co­lette, jeune oc­to­gé­naire. Se­lon les deux re­trai­tées, « le FN est in­com­pa­tible avec la religion ca­tho­lique ». « Notre église, c’est la base de la vie. Et la base de la v i e , ce n’e s t p a s Ma r i n e Le Pen ! » ré­pète, de son cô­té, Ro­bert.

Yvonne, elle, trouve « ju­di­cieux » que des cu­rés « prennent leurs res­pon­sa­bi­li­tés » alors que les évêques ont fait, eux, « preuve de fri­lo­si­té ». Mar­celle, en re­vanche, n’est guère convain­cue par l’ef­fi­ca­ci­té d’une telle consigne. « Cela ne mo­di­fie­ra pas les votes », croit-elle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.