« Koh-Lan­ta » ou la loi du plus faible

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS -

Par où com­men­cer ? Voi­là plu­sieurs sai­sons que la réuni­fi­ca­tion dans « Koh-Lan­ta », ce mo­ment où la com­pé­ti­tion in­di­vi­duelle dé­marre, ne nous avait pas di­ver­tis à ce point. D’abord, il y eut cette né­go­cia­tion digne de Yal­ta entre les am­bas­sa­deurs de chaque camp, char­gés d’éli­mi­ner en­semble un aven­tu­rier.

A la ma­noeuvre chez les bleus, l’in­tègre Ma­thilde. Et chez les rouges, le ru­sé San­dro, ven­deur de voi­tures et em­bo­bi­neur en chef. « Ma­thilde va re­ve­nir sur le camp en voi­ture, avec une carte grise à son nom », iro­ni­sait Yas­sin, qui avait « toute confiance en San­dro » pour dé­fendre ses in­té­rêts. S’il avait su…

Re­dou­table sur les épreuves comme en sur­vie, Yas­sin se voyait dé­jà dans le car­ré fi­nal. Et c’est exac­te­ment pour ça que les autres Ro­bin­sons l’ont éli­mi­né. A l’heure du chacun pour soi, la loi du plus fort doit craindre l’al­liance des plus faibles. « J’es­père quand même que c’est le meilleur aven­tu­rier qui ga­gne­ra », a plai­dé Yas­sin, prin­cier dans la dé­faite.

Pas ga­gné. Car c’est le ro­buste et va­leu­reux Vincent qui a en­suite pris la porte au con­seil. « Parce que tu es très fort, trop fort », s’est jus­ti­fiée Clé­men­tine. Mais à en ju­ger par la bande-annonce de ven­dre­di prochain, qui nous pro­met « le re­tour d’un ad­ver­saire re­dou­table », l’heure de Vincent n’a peut-être pas en­core tout à fait son­né…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.