Jo­li, mais toxique!

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ -

ne le man­gez pas ! Car si l’odo­rante her­ba­cée est at­trayante avec ses clo­chettes blanches, elle n’en reste pas moins no­cive. « La toxi­ci­té de la plante est com­pa­rable à celle de la di­gi­ta­line », note Jean-Phi­lippe Le­roy, mé­de­cin toxi­co­logue au CHU de Rouen (Sei­neMa­ri­time). Les consé­quences : des pro­blèmes di­ges­tifs — vo­mis­se­ments, diar­rhées — mais aussi des troubles car­diaques plus ou moins sé­vères. « On parle là d’une in­ges­tion en grande quan­ti­té, un brin com­plet par exemple, par des enfants. En bu­vant de l’eau où a trem­pé le mu­guet ou en se lé­chant les doigts après l’avoir ra­mas­sé, il y a très peu de risque, éven­tuel­le­ment quelques troubles di­ges­tifs. Ce sont les par­ties vertes les plus à risque », re­prend le mé­de­cin. tres an­ti­poi­son s’at­tendent d’ailleurs à être un brin dé­pas­sés par les ap­pels liés au mu­guet. Le mu­guet ne porte pas bon­heur aux chiens ni aux autres animaux do­mes­tiques. « Les chats, no­tam­ment, ont la ten­ta­tion de mâ­chouiller la plante », note-ton au centre d’in­for­ma­tions toxi­co­lo­giques vé­té­ri­naires de Lyon (Rhône). Les symp­tômes, di­ges­tifs et car­diaques, sont les mêmes que pour les hu­mains. « On peut avoir des cas de mor­ta­li­té, mais c’est rare. L’autre plante avec une toxi­ci­té im­por­tante pour les animaux est le lau­rier-rose », pour­suit-on au centre vé­té­ri­naire.

« In­utile de vou­loir jouer au na­tu­ro­pathe avec le mu­guet, re­prend Pa­trice Boltz. Il ne soigne pas, ne se prend pas en ti­sane. » Et n’est pas co­mes­tible, même si la mode est aux jo­lies sa­lades par­se­mées de fleurs. La lé­gende ne dit-elle pas que Charles IX a cau­sé la mort de nombre de ses su­jets en leur of­frant du mu­guet ? Af­fa­més après la san­glante Saint-Bar­thé­le­my, ils avaient cru bon de s’en ser­vir pour épais­sir leur maigre soupe…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.