Les deux France du pre­mier tour

ANA­LYSE A quoi res­semble le pay­sage élec­to­ral après le pre­mier tour ? La réponse de notre service da­ta en quelques chiffres chocs.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - PAR DOMITILLE ARRIVET

PAS DE DOUTE, le vote Macron n’a rien à voir avec le vote Le Pen. Et il n’a d’ailleurs plus rien à voir avec les sché­mas élec­to­raux ha­bi­tuels. Si les deux fi­na­listes de la présidentielle 2017 comptent des élec­teurs par­tout en France et dans toutes les ty­po­lo­gies de la po­pu­la­tion, ils ont eu la pré­fé­rence de Fran­çais sur des cri­tères bien dis­tincts. Et nou­veaux.

Certes, géo­gra­phi­que­ment et des deux cô­tés d’une dia­go­nale qui coupe la France du Nord-Ouest au Su­dEst, on re­trouve en haut Le Pen et ses fiefs his­to­riques des Hauts-deF­rance, du Grand-Est, de Bour­gogne. Et en bas Macron le dé­bu­tant sur les ter­ri­toires de la Bre­tagne, du Sud-Ouest et du Centre, conquis par François Hol­lande en 2012.

« Mais, dans cha­cun de ces ter­ri­toires plus ou moins ac­quis à l’un ou l’autre, on re­trouve une même lo­gi- que de frac­ture entre la France des grandes villes et celles des zones pé­ri­phé­riques », dé­crypte le dé­mo­graphe Ch­ris­tophe Guilluy.

LE PEN SÉ­DUIT UN ÉLEC­TEUR SUR QUATRE DANS LES ZONES PÉRIURBAINES

Une France des grandes villes, ac­quise à Emmanuel Macron, face à celle des pé­ri­phé­ries, vo­lon­tiers le­pé­niste. Avec 24 % des suf­frages, Macron est ar­ri­vé en tête du pre­mier tour, mais il n’a été por­té pre­mier que dans 7 264 com­munes. Des grandes villes, celles où la pré­sence conju­guée de la bour­geoi­sie et de la po­pu­la­tion im­mi­grée fait bar­rage à la pro­gres­sion du FN.

A Pa­ris, l’extrême droite n’at­teint même pas 5 %, soit moins qu’à la présidentielle de 2012. De son cô­té, Ma­rine Le Pen, avec 21,3 % des voix di­manche der­nier, est cham­pionne dans les com­munes si­tuées au-de­là de 15 km des centres d’em­ploi. Dans les com­munes ru­rales et les villes de moins de 5 000 ha­bi­tants, elle at­teint 25 % des voix.

« Les bas­tions FN sont le fruit d’un an­crage de plu­sieurs dé­cen­nies dans les zones dés­in­dus­tria­li­sées et du sen­ti­ment d’aban­don qui frappe les classes moyennes », ex­plique Ch­ris­tophe Guilluy.

MACRON PLAÎT DANS LES BAN­LIEUES SEN­SIBLES

Se­lon Ma­rine Le Pen, Emmanuel Macron se­rait le can­di­dat de la fi­nance et de l’oli­gar­chie. Mais, mal- gré ses scores dans les com­munes qui concentrent les plus riches, le lea­deur d’En Marche ! est aussi la nou­velle tête d’af­fiche dans les ter­reaux so­cia­listes tra­di­tion­nels.

« C’est le cas dans les ban­lieues, re­lève Ch­ris­tophe Guilluy. Jean-Luc Mé­len­chon et Emmanuel Macron y ar­rivent en tête, car ils sont la re­pré­sen­ta­tion des par­tis de gauche, re­fuge face aux par­tis les plus is­la­mo­phobes et an­ti-im­mi­gra­tion ».

Dans les villes com­pre­nant des zones ur­baines sen­sibles, on a vo­té Macron à 25,3 % alors que les élec­teurs y ont clai­re­ment bou­dé la can­di­date FN qui n’a re­cueilli que 17 % des voix.

Ta­lon­né par Mé­len­chon avec 24,8 % des suf­frages dans ces com­munes ré­pu­tées dif­fi­ciles, Emmanuel Macron peut es­comp­ter un bon re­port de voix au se­cond tour, « d’au­tant que son dis­cours li­bé­ral et pro-bu­si­ness n’ef­fraie pas la po­pu­la­tion des ban­lieues », ajoute Ch­ris­tophe Guilluy.

LES COM­MUNES OÙ VIVENT LES RE­TRAI­TÉS VOTENT AUSSI LE PEN

Même s’ils ne sont pas des adeptes des ex­trêmes, et que les élec­teurs plus âgés au­raient pré­fé­ré François Fillon, les com­munes dont la po­pu­la­tion est consti­tuée à plus de 10 % de re­trai­tés ont aussi vo­té pour le FN. Un taux qui, se­lon Ch­ris­tophe Guilluy, ne de­vrait pas s’étendre. « Le vieillis­se­ment de la po­pu­la­tion est un rem­part contre les po­pu­lismes, as­sure le dé­mo­graphe. Mais si d’aven­ture le Front national ar­ri­vait à cap­ter da­van­tage cette po­pu­la­tion, Le Pen ar­ri­ve­rait au pou­voir. » Un signe : en lui ac­cor­dant 22,8 % de leurs voix, les se­niors n’ont pas bou­dé Macron au pre­mier tour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.