500 per­sonnes par an de­mandent ré­pa­ra­tion

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS - P.É.

UNE SALLE INTROUVABLE, où le pu­blic ne se presse guère. C’est dans ce re­coin du pa­lais de jus­tice de Pa­ris que Ma­thieu De­la­housse, jour­na­liste à « l’Obs », s’est po­sé du­rant un an, au rythme des ses­sions men­suelles de la Com­mis­sion na­tio­nale de ré­pa­ra­tion des dé­ten­tions. Son livre « la chambre des in­no­cents » met en lu­mière ce pan mé­con­nu de la chaîne pé­nale : l’in­dem­ni­sa­tion des per­sonnes dé­te­nues puis blan­chies par un ju­ge­ment de re­laxe ou un ar­rêt d’ac­quit­te­ment, ou bien bé­né­fi­ciaires d’un non-lieu. Un dis­po­si­tif ré­cent en France, pré­vu par la loi re­la­tive à la pré­somp­tion d’in­no­cence du 15 juin 2000, rap­pelle, dans une post­face, l’an­cien contrô­leur gé­né­ral des lieux de pri­va­tion de liberté JeanMa­rie De­la­rue.

« Choc car­cé­ral », vies bri­sées par la pri­son, « ac­quit­tés de jus­tesse » ou « in­no­cent idéal »… Le ré­cit de Ma­thieu De­la­housse mêle chro­niques et ques­tions. A tra­vers de mul­tiples cas, soit au­tant de por­traits d’ano­nymes (un énarque, deux frères gen­darmes, un ré­ci­di­viste…), il fait ap­pa­raître l’in­vi­sible cor­tège « des trau­ma­ti­sés de la jus­tice ». Son livre l’ex­plique : le rôle de la Com­mis­sion « est d’in­dem­ni­ser la dé­ten­tion en elle-même et en au­cun cas l’er­reur ju­di­ciaire qui l’a pro­vo­quée ». Mais il in­ter­roge : comment « fixer un prix à l’ir­ré­pa­rable » ? « Mission im­pos­sible, consi­dère l’au­teur, car lorsque l’on a per­du sa liberté, son hon­neur, son tra­vail et par­fois sa femme et sa santé… ce n’est ja­mais as­sez. »

Quelque 500 « in­no­cen­tés » de­mandent ré­pa­ra­tion de leur dé­ten­tion chaque an­née (en 2015, 521 de­mandes et 71 re­cours de­vant la Com­mis­sion).

C’EST LA DÉ­TEN­TION QUI EST INDEMNISÉE ET NON L’ER­REUR JU­DI­CIAIRE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.