En-chan­teuse

Le Parisien (Paris) - - AU FIL DE L’ÉTÉ -

avaient une très jo­lie voix, ai­mait ra­con­ter la co­mé­dienne. Pour elle, chan­ter était « un mo­ment de pur plai­sir, une jo­lie fa­çon de s’ex­pri­mer ».

Sa vie de chan­teuse est in­ti­me­ment liée à son ami Serge Rez­va­ni qui écri­ra son pre­mier suc­cès, « le Tour­billon de la vie » pour le film « Jules et Jim » de Fran­çois Truf­faut, en 1962. C’est en­core l’ar­tiste et écri­vain ira­nien qui lui offre l’an­née sui­vante « J’ai la mé­moire qui flanche », autre très grand suc­cès. Sur les six al­bums de l’ac­trice, deux sont si­gnés de Serge Rez­va­ni sous le pseu­do­nyme de Cy­rus Bas­siak.

La mu­sique, c’est aus­si le jazz pour Jeanne Mo­reau. « Un uni­vers qui m’a en­chan­tée », ra­con­tait-elle, se sou­ve­nant d’une soi­rée avec Miles Da­vis et ses mu­si­ciens, lors du tour­nage d’« As­cen­seur pour l’écha­faud ». Mais la chan­son fran­çaise reste sa plus belle his­toire. Comme en té­moigne l’ami­tié qui la liait au chan­teur Etienne Da­ho avec qui elle en­re­gis­tra il y a sept ans un al­bum en hommage au poète Jean Ge­net. L’aven­ture se pour­sui­vra sur scène à Pa­ris et au Festival d’Avi­gnon en 2011.

« Tra­vailler avec Jeanne a été un des plus grands bon­heurs de ma vie ar­tis­tique et per­son­nelle. J’ai des sou­ve­nirs in­dé­lé­biles de nos concerts à l’Odéon, dans le pa­lais des Papes d’Avi­gnon et en tour­née à l’étran­ger. Elle était heu­reuse de faire ce pro­jet libre, poé­tique et po­li­tique », se sou­vient, ému, Etienne Da­ho.

Oi­seaux de nuit tous les deux, ajoute le chan­teur : « J’ai­mais sa jeu­nesse, ses em­bal­le­ments, ses co­lères, son in­tran­si­geance et son ins­tinct ani­mal. Après le pro­jet, nous sommes res­tés très proches. Nous nous par­lions beau­coup. Elle m’ap­pe­lait sou­vent en pleine nuit. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.