Glis­sez votre mé­de­cin dans votre poche

Un in­for­ma­ti­cien dé­ve­loppe une ap­pli qui pour­rait sau­ver des vies.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ -

de pou­voir consul­ter son mé­de­cin en ur­gence à toute heure de la jour­née, peu im­porte où l’on se trouve ? A l’étran­ger, dans sa voi­ture ou même dans les airs… Ce de­vrait bien­tôt être une réa­li­té. Fran­cis­co Fra­zao, un in­for­ma­ti­cien de 43 ans ori­gi­naire de Senlis (Oise), vient d’in­ven­ter un sys­tème ré­vo­lu­tion­naire, bap­ti­sé E-May­day. Reste à le fi­nan­cer. Une col­lecte de fonds sur le site In­ter­net Kicks­tar­ter se­ra lan­cée le 8 août, avec l’ob­jec­tif de réunir 840 000€.

L’ac­ces­soire se pré­sente sous la forme d’une coque de té­lé­phone por­table. Celle-ci est do­tée de cap­teurs me­su­rant tem- pé­ra­ture, ten­sion ar­té­rielle, taux de gly­cé­mie, ac­ti­vi­té car­diaque, al­coo­lé­mie… Une ca­mé­ra mu­nie d’em­bouts spé­ci­fiques per­met aus­si d’aus­cul­ter la gorge, le nez et les dents. Se­cret mé­di­cal oblige, les don­nées ne se­ront pas sto­ckées sur In­ter­net, mais seule­ment sur la carte mé­moire in­té­grée. Une ap­pli­ca­tion per­met­tra d’ob­te­nir le diagnostic d’un mé­de­cin par com­mu­ni­ca­tion vi­déo. La té­lé­con­sul­ta­tion pour­ra alors com­men­cer.

« Les ta­rifs se­ront les mêmes que pour une vi­site dans un ca- bi­net mé­di­cal, as­sure Fran­cis­co Fra­zao. Vous pou­vez être en va­cances aux Etats-Unis, en­trer en com­mu­ni­ca­tion avec un mé­de­cin fran­çais et payer 25 €. Il faut sim­ple­ment payer un abon­ne­ment de 12 € par mois et par foyer. » Le pro­duit de­vrait être com­mer­cia­li­sé en avril 2018, pour une cen­taine d’eu­ros.

De­puis mars, Fran­cis­co Fra­zao dé­ve­loppe le concept avec Fran­çois Fran­ces­chi, chi­rur­gien ocu­laire à Mar­seille (Bou­ches­du-Rhône). Il a éga­le­ment noué un par­te­na­riat avec l’en­tre­prise suisse In­no­tek, spé­cia­li­sée en dé­ve­lop­pe­ment de pro­duits élec­tro­niques. C’est la ma­la­die de sa fille qui a pous­sé l’in­gé- nieur à dé­ve­lop­per cette in­no­va­tion. Agée de 6 ans, la pe­tite souffre d’une grave mal­for­ma­tion car­diaque. « Mon épouse et moi avons sou­vent dû la ra­ni­mer sans au­cune aide, confie Fran­cis­co Fra­zao. Il y a six mois, je me suis ré­veillé en rê­vant de cette coque qui va ap­por­ter un peu de sé­ré­ni­té aux gens. »

Cet t e ava n cé e p o u r r a i t « com­battre les dé­serts mé­di­caux », avance le doc­teur Fran­ces­chi : « C’est un gain de temps pré­cieux. Quatre-vingts pour cent des consul­ta­tions peuvent en réa­li­té être réa­li­sées par té­lé­phone. Et nous in­ter­ve­nons là où il est dif­fi­cile d’avoir ac­cès à un mé­de­cin, comme sur une zone de conflit ou en avion. » La com­pa­gnie aé­rienne Ea­syJet pour­rait d’ailleurs être l’une des pre­mières à adhé­rer pro­chai­ne­ment à cette ré­vo­lu­tion mé­di­cale. L’ar­mée s’est aus­si mon­trée in­té­res­sée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.