«Onn’en­tend­plus­les­ci­ga­les­chan­ter»

Les ha­bi­tants des en­vi­rons de Bormes-les-Mi­mo­sas ne re­con­naissent plus leur ré­gion. Le feu a fait dis­pa­raître des es­pèces rares, comme les chênes-lièges. Il fau­dra dix ans au moins pour s’en re­mettre.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ -

dévasté pour cinq à dix ans. « Des es­pèces pro­té­gées ont été rayées de cer­tains mas­sifs, comme la barbe de Ju­pi­ter, une plante rare qui pous­sait ici. » sud, le Var a été ra­va­gé par les flammes. Mais tout es­poir n’est pas per­du, es­timent les na­tu­ra­listes : « Le chêne-liège, om­ni­pré­sent, flambe vite mais va pro­té­ger la zone de vie de l’arbre. Il pour­ra re­pous­ser même si ce se­ra long », in­dique Bru­no Teis­sier, in­gé­nieur à l’Of­fice na­tio­nal des fo­rêts. « La na­ture sait tou­jours se ré­in­ven­ter, mais il lui faut du temps. »

Les plus pes­si­mistes es­timent à vingt ans la ré­gé­né­ra­tion to­tale de l’en­vi­ron­ne­ment. Mais dès au­jourd’hui, la pru­dence est de mise dans les col­lines en­core boi­sées du bord de mer. Des ra­fales de vents d’est, pou­vant at­teindre 70 km/h, sont at­ten­dues dans le dé­par­te­ment. Des di­zaines de pom­piers sont en alerte pour ré­agir à la moindre étin­celle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.