Un­ju­ge­mis au­pla­car­denCorse

Fran­çois-Ma­rie Cor­nu es­ti­mait que ses en­quêtes étaient sa­bo­tées. Lâ­ché par sa hié­rar­chie et mis en cause par un sus­pect, il a éco­pé d’un blâme.

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

ces sus­pects d’une fa­çon dif­fé­rente de tout jus­ti­ciable sur le ter­ri­toire na­tio­nal. » Le ma­gis­trat n’au­ra au­cune ré­ponse du gé­né­ral.

Après ce cour­rier, le juge Cor­nu est convo­qué par le pré­sident du TGI de Bas­tia qui lui an­nonce qu’il va être des­sai­si de ses dos­siers. Une de­mande ap­puyée par un de ses col­lègues, le pro­cu­reur Ni­co­las Bes­sone. Contacté, ce der­nier a re­fu­sé de ré­pondre à nos ques­tions. Franck Ras­toul, le pro­cu­reur gé­né­ral de l’époque, n’a pas non plus sou­hai­té ré­agir. En­ten­du dans le cadre de la pro­cé­dure du CSM, il avait af­fir­mé de­vant ses pairs que « le com­por­te­ment de M. Cor­nu [avait] je­té le dis­cré­dit sur l’ins­ti­tu­tion ju­di­ciaire en Corse ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.