FRAN­ÇOIS Ier

Le Parisien (Paris) - - LA FRANCE EN FETE -

es­corte de 1 600 che­vaux et de 6 000 fan­tas­sins, le 31 mai 1538. Plu­sieurs siècles après ce sé­jour de trois se­maines, 4 000 à 5 000 per­sonnes par soir prennent part chaque an­née à la ma­ni­fes­ta­tion gra­tuite, où se mêlent spec­tacles en te­nues d’époque et ani­ma­tions di­verses et va­riées. Avec une dif­fé­rence de taille par rap­port aux nom­breuses fêtes mé­dié­vales qui es­saiment, avec suc­cès, en France : « A la cour, les cos­tumes de cette époque en jettent plus qu’au Moyen Age, il fal­lait mon­trer sa ri­chesse », sou­ligne Pa­trice De­meocq, di­rec­teur de l’of­fice de tou­risme lo­cal et pré­sident de l’As­so­cia­tion Fran­çois Ier, aux ma­nettes de l’évé­ne­ment.

Près de 150 fi­gu­rants pren­dront part au cor­tège royal puis au spec­tacle son et lu­mière, don­né de­vant le roi afin de lui nar­rer l’his­toire de la com­mune. Mu­sique, jon­gle­rie, ate­liers (cal­li­gra­phie, den­telle…), dé­mons­tra­tions de mé­tiers an­ciens et de com­bats, cam­pe­ment des che­va­liers de la garde et grand bal Re­nais­sance com­plètent le pa­no­ra­ma d’une édi­tion où les lan­ceurs de dra­peaux ita­liens mon­tre­ront leur dex­té­ri­té. Mais au-de­là du folk­lore, ten­dance re­tour vers le pas­sé, c’est un pan de l’his­toire re­la­ti­ve­ment mé­con­nu qui est mis en exergue. « Les guerres d’Ita­lie, entre la France et le Saint-Em­pire ro­main ger­ma­nique de Charles Quint, étaient in­ces­santes. Le pape Paul III a donc pris l’ini­tia­tive de leur faire né­go­cier une trêve. Charles Quint était sur son vais­seau ami­ral dans la rade de Ville­franche-sur-Mer. Fran­çois Ier sé­jour­nait au châ­teau de Villeneuve-Lou­bet, pro­prié­té de sa tante », re­late Pa­trice De­meocq. Après trois se­maines de dis­cus­sions ser­rées, un ac­cord est trou­vé entre les deux ri­vaux qui ne sont ja­mais croisés en chair et en os.

Au cours de son sé­jour sur la Côte d’Azur, Fran­çois Ier vi­site Saint-Paul-de-Vence et Antibes et gou­verne son royaume. Il ga­gne­de­ses­né­go­cia­tion­su­ne­paix re­la­tive de dix ans, mais ef­fec­tue aus­si une dé­cou­verte gus­ta­tive : le pape Paul III lui fait goû­ter, à l’oc­ca­sion de la si­gna­ture de cette trêve dite de Nice, son pre­mier sor­bet… à base de vin ra­fraî­chi à la neige. A prio­ri, un mé­lange qui ne se­ra hé­las pas ser­vi dans les ta­vernes ce soir !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.