L’étrange meurtre du pro­fes­seur d’Au­ber­vil­liers

Le corps d’un pro­fes­seur a été re­trou­vé étran­glé et en­rou­lé dans un film ali­men­taire chez lui. Rien n’a été vo­lé.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - PAR EL­SA MARNETTE À AU­BER­VIL­LIERS (SEINE-SAINT-DE­NIS) AVEC J.C.

QUELQUES TRACES DE SANG sur un mur, sur le ma­te­las, et, al­lon­gé sur le dos au mi­lieu du lit, le corps pu­tré­fié d’un homme, en­tiè­re­ment em­maillo­té dans du film plas­tique ali­men­taire. C’est ce qu’ont dé­cou­vert les pom­piers lors­qu’ils sont par­ve­nus à en­trer dans un ap­par­te­ment d’un pe­tit im­meuble neuf de la rue LouisA­ra­gon, à Au­ber­vil­liers (Sei­neSaint-De­nis), mar­di soir. Ils avaient été ap­pe­lés par des proches in­quiets. L’oc­cu­pant du lo­ge­ment, pro­fes­seur de tech­no­lo­gie dans un col­lège pri­vé ca­tho­lique de la com­mune, ne leur avait pas don­né signe de vie de­puis onze jours.

L’au­top­sie ef­fec­tuée hier ré­vèle que la vic­time a été étran­glée. « Elle pré­sen­tait des plaies aux cer­vi­cales et ses mains étaient liées dans le dos, pré­cise une source proche de l’en­quête. L’état de pu­tré­fac­tion du corps n’a pas per­mis d’iden­ti­fier for­mel­le­ment la vic­time, mais le pro­fes­seur oc­cu­pant du lo­ge­ment ne s’est pas ma­ni­fes­té. » DES DÉ­PARTS DE FEU DANS L’AP­PAR­TE­MENT L’homme em­maillo­té était ha­billé, sans chaus­sures. Une ha­bi­tante de l’im­meuble n’avait pas vu son voi­sin, « très dis­cret », de­puis le dé­but des va­cances. Les pom­piers ont ten­té de pas­ser par le bal­con pour ac­cé­der à l’ap­par­te­ment de la vic­time. Ils ont fi­ni par frac­tu­rer les lieux. A l’in­té­rieur, en plus du corps, ils ont dé­cou­vert que le ves­ti­bule me­nant à la chambre avait été in­cen­dié, avec deux dé­parts de feu consta­tés. Le lo­ge­ment sem­blait avoir été lar­ge­ment fouillé mais des ob­jets de va­leur, dont un or­di­na­teur et un té­lé­phone, s’y trou­vaient tou­jours. Un bi­don d’hy­dro­car­bures y a aus­si été re­trou­vé et le vé­hi­cule de l’en­sei­gnant était tou­jours ga­ré au sous-sol.

« Je ne pense pas que ce soit le propre des vo­leurs de ve­nir avec des bidons d’es­sence », com­mente un re­trai­té, « com­plè­te­ment conster­né » par la mort de ce voi­sin, âgé de 57 ans, avec qui il di­sait en­tre­te­nir de bonnes re­la­tions. « On par­lait beau­coup de l’im­meuble, il était très oc­cu­pé mais très dé­voué, dé­crit-il. C’était quel­qu’un de ri­gou­reux, un peu pi­nailleur sur les tâches à faire dans l’im­meuble. Il avait pris très à coeur ses nou­velles fonc­tions au sein du conseil syn­di­cal. »

Ins­tal­lé de­puis moins de deux ans dans cette ré­si­dence très ré­cente, le pro­fes­seur avait, se­lon ce voi­sin, réa­li­sé d’im­por­tants tra­vaux dans son ap­par­te­ment. Il ne lui connais­sait pas de pro­blèmes ré­cents. « Je l’ai trou­vé un peu fa­ti­gué, un peu sur­boo­ké en fin d’an­née mais pour un pro­fes­seur, ça n’a rien de cho­quant », pour­suit ce­lui qui se dit « très af­fec­té » par cette dis­pa­ri­tion, « tant pour la per­sonne que pour le contexte » : « Je tombe des nues quand j’en­tends qu’il a été vic­time d’un crime de ce genre. » Se­lon les tout pre­miers élé­ments re­cueillis par les po­li­ciers, la vic­time n’avait vrai­sem­bla­ble­ment ni femme ni en­fant.

« Un homme à pre­mière vue passe-par­tout, un ci­toyen lamb­da », com­mente une source po­li­cière. L’en­quête a été confiée à la bri­gade cri­mi­nelle.

JE NE PENSE PAS QUE CE SOIT LE PROPRE DES VO­LEURS DE VE­NIR AVEC DES BIDONS D’ES­SENCE” UN VOI­SIN

Au­ber­vil­liers (Sei­neSaint-De­nis), hier. L’homme a été re­trou­vé dans son ap­par­te­ment. Il n’avait pas don­né signe de vie de­puis onze jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.