« A prio­ri une su­perbe opé­ra­tion »

Le Parisien (Paris) - - NEWS - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR D.S. Thier­ry Gran­tur­co, AVO­CAT SPÉ­CIA­LI­SÉ DANS LE SPORT

Comment ce trans­fert hors normes est-il pos­sible ?

THIER­RY GRAN­TUR­CO. Il y a un cal­cul sa­vant der­rière qui per­met au PSG de s’as­su­rer que face à ces 222 M€ de charges, il y au­ra des pro­duits plus ou moins équi­va­lents qui le laissent dans les clous du fair-play fi­nan­cier exi­gé par l’UE­FA. Il n’y a pas d’autres pos­si­bi­li­tés que de vendre des joueurs. L’an­née 1 de cette opé­ra­tion se­ra une an­née de dé­penses, avant des re­cettes ul­té­rieures.

Ce trans­fert peut-il de­ve­nir ren­table in fine ? A prio­ri, ce­la reste une su­perbe opé­ra­tion. Grâce à la puis­sance de frappe des ser­vices mar­ke­ting et com­mer­cial du PSG, ce­la de­vrait per­mettre au club de ga­gner de l’ar­gent. C’est com­pli­qué à com­prendre parce qu’au dé­part, on se prend en pleine face des mon­tants as­tro­no­miques. Quand on en reste là, on se dit : « C’est in­ac­cep­table ! » Mais quand on exa­mine le bi­lan du PSG à la DNCG (NDLR : Le gen­darme fi­nan­cier du foot­ball fran­çais) chaque an­née, on voit un tra­vail re­mar­quable en termes d’ex­ploi­ta­tion com­mer­ciale des joueurs. Après avoir dé­pen­sé énor­mé­ment d’ar­gent, le PSG, main­te­nant, en gagne.

Comment Pa­ris va gé­né­rer des re­cettes sup­plé­men­taires ?

L’éco­no­mie du foot a chan­gé. Au­pa­ra­vant, un joueur, c’était un coût. Au­jourd’hui, un foot­bal­leur est avant tout un pro­duit. L’image trans­forme le joueur en homme-sand­wich. Tout passe es­sen­tiel­le­ment par la té­lé­vi­sion, avec la pu­bli­ci­té, ou des par­te­na­riats avec des équi­pe­men­tiers, des spon­sors, des Etats. Le PSG sait très bien le faire. Je ne doute pas qu’on va bouf­fer du Ney­mar à ne plus en vou­loir. Ce­la va gé­né­rer des re­ve­nus qui vont équi­li­brer, voire cou­vrir l’ar­ri­vée de la star.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.