El­les­se­battent pour­por­ter­le­bi­ki­ni

Des femmes or­ga­nisent des sor­ties à la plage pour lut­ter contre la pres­sion so­ciale et re­li­gieuse.

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE - CYPRIEN PÉZERIL

avec les vê­te­ments que je veux, où je veux, quand je veux ! » mar­tèle Ha­li­ma, une Al­gé­rienne de 32 ans. Il y a quinze jours, elle a pu­blié dans le groupe Fa­ce­book « Quelle plage à Al­ger », une pho­to d’elle et d’une de ses amies, ci­ga­rette aux lèvres, sur une plage pu­blique à Al­ger (Al­gé­rie), en bi­ki­ni. Dans l’heure, elles ont été re­jointes par d’autres femmes en maillot deux pièces.

Au­jourd’hui, ces ini­tia­tives fé­mi­nistes se mul­ti­plient. C’est une sorte de ré­volte du bi­ki­ni qui s’est en­ga­gée en Al­gé­rie en ré­ac­tion à une cam­pagne lan­cée pour stig­ma­ti­ser ces femmes qui re­fusent de se ca­cher sur les plages. « Pen­dant le ra­ma­dan, des jeunes ont pu­blié sur les ré­seaux so­ciaux des pho­tos vo­lées de femmes en bi­ki­ni, pour dé­non­cer celles qui, se­lon eux, agissent contre les va­leurs de la so­cié­té », ex­plique Sa­rah Che­lal, char­gée de mis­sion à l’or­ga­ni­sa­tion Eu­ro­med (un ré­seau de 41 as­so­cia­tions en­ga­gées dans le pour­tour mé­di­ter­ra­néen) qui s’est ren­due en Al­gé­rie il y a quelques jours.

Tout a com­men­cé il y a tout juste un mois à An­na­ba, la qua­trième ville du pays. Puis l’ini­tia­tive s’est éten­due à Al­ger et dans d’autres villes cô­tières. A pré­sent, elles sont par­fois plus de 200 femmes à se re­joindre sur la plage, ar­bo­rant leur bi­ki­ni, après des ap­pels lan­cés sur In­ter­net. Chaque grande ville bal­néaire a son groupe, cer­tains comp­tant plus de 3 000 adhé­rentes. Pour elles, l’ob­jec­tif c’est de jouer la contre-stig­ma­ti­sa­tion en s’af­fi­chant sur les ré­seaux so­ciaux.

« On cherche à ce que les maillots de bain soient ma­jo­ri­taires sur la plage, alors que de nom­breuses femmes se baignent en bur­ki­ni ou même en robe », pré­cise Ha­li­ma.

Ce mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion ne s’at­taque pas à la loi : le port du bi­ki­ni est to­ta­le­ment lé­gal dans le pays. Mais il est sou­vent cri­ti­qué, ju­gé pro­vo­cant. « C’est une pres­sion so­ciale qui s’exerce pour que les femmes s’af­fichent comme bonnes mu­sul­manes, ana­lyse Ja­vie­ra Cous­sieu-Reyes, membre de l’ASGD, une as­so­cia­tion fran­çaise spé­cia­li­sée dans les études fé­mi­nistes. Celles qui ne rentrent pas dans le rang ont une mau­vaise ré­pu­ta­tion. »

Ces femmes al­gé­riennes sou­haitent donc s’ap­pro­prier comme bon leur semble l’es­pace pu­blic. « Il n’y a pas d’agres­sion phy­sique, mais c’est vrai que les re­gards des hommes sont par­fois in­sis­tants. Pour évi­ter de su­bir, on va sur des plages pri­vées, mais l’en­trée coûte près de 20 € par per­sonne. On veut pou­voir al­ler sur les plages pu­bliques et gra­tuites », plaide Ha­li­ma. Cette ré­volte des bi­ki­nis va-t-elle du­rer ? Il n’est pas du tout sûr qu’elle passe l’été. Ha­li­ma, elle, se veut op­ti­miste : « Si la dy­na­mique s’am­pli­fie, les groupes dis­pa­raî­tront d’eux-mêmes et les femmes pour­ront alors por­ter le bi­ki­ni sans craindre de pro­blèmes. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.