LES PRO­MESSES D’ÉDOUARD PHI­LIPPE

Le Pre­mier mi­nistre confirme que les im­pôts bais­se­ront de plus de 10 Mds€. Mais il as­sume de nou­velles éco­no­mies et la ré­forme du Code du tra­vail.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - PAR VALÉRIEHACOT

C’EST LE PRE­MIER OB­JET qui ac­croche l’oeil sur le bu­reau d’Edouard Phi­lippe à Ma­ti­gnon : un sabre, hé­ri­té de son grand-père lieu­te­nant d’ar­tille­rie. Un ob­jet fé­tiche pour le Pre­mier mi­nistre qui re­vêt au­jourd’hui une por­tée sym­bo­lique à l’heure où il met la der­nière touche au bud­get 2018 et ses 10 Mds€ d’éco­no­mies an­non­cées. Tout en taillant d’ores et dé­jà dans les dé­penses pu­bliques pour res­ter dans les clous en 2017 mal­gré un dé­ra­page du dé­fi­cit bud­gé­taire de plus de 4 Mds€.

L’an­cien bras droit d’Alain Jup­pé avance en ef­fet sabre au clair pour mul­ti­plier les coups de ra­bot. Baisse des APL (aides per­son­na­li­sées au lo­ge­ment) dé­ci­dée sans concer­ta­tion, an­nu­la­tion de 300 M€ de do­ta­tions aux col­lec­ti­vi­tés lo­cales… Toutes ces me­sures an­non­cées au coeur de l’été n’en fi­nissent pas d’al­lu­mer des po­lé­miques. Et leurs mises en oeuvre, par­fois pré­ci­pi­tées, de sou­le­ver des in­ter­ro­ga­tions sur l’ha­bi­le­té politique de son gou­ver­ne­ment, com­po­sé pour beau­coup de no­vices.

Après des se­maines de calme (re­la­tif ), le vent com­mence donc à se le­ver sur Ma­ti­gnon. Pré­mices de ce chan­ge­ment de cli­mat, les son­dages du Pre­mier mi­nistre, tout comme ceux du pré­sident, sont mau­vais. Se­lon le ba­ro­mètre YouGov pu­blié hier, la cote de po­pu­la­ri­té d’Edouard Phi­lippe s’est ef­fri­tée de deux points en un mois pour tom­ber à 37% d’ opi­nions fa­vo­rables. Un pe­tit point de mieux qu’ Em­ma­nuel Ma­cron qui, lui, at­teint les 36%, une dé­grin­go­lade de 7 points ! Un mau­vais pré­sage à quelques se­maines d’une ren­trée qui s’an­nonce chaude.

LE VERRE À MOI­TIÉ PLEIN

Mais Edouard Phi­lippe veut dé­mon­trer qu’il reste se­rein. Calme, po­sé, dé­ten­du même, il ba­laie les cri­tiques. Les couacs du gou­ver­ne­ment, les di­vers ra­tés des dé­pu­tés LREM dans l’hé­mi­cycle, l’im­pres­sion gé­né­rale d’un cer­tain flot­te­ment à la tête de l’Etat ? Tout glisse sur le Pre­mier mi­nistre. C’est à peine s’il concède qu’« on peut tou­jours s’amé­lio­rer », pour le reste, il re­garde le verre à moi­tié plein, avec trois lois vo­tées (ou sur le point de l’être) en quelques se­maines.

Cet op­ti­misme af­fi­ché se­ra-t-il suf­fi­sant ? A l’heure où les nuages s’amon­cellent, Edouard Phi­lippe — dont cer­tains dé­noncent la trop grande dis­cré­tion — doit mon­ter en pre­mière ligne et mo­bi­li­ser ses mi­nistres. « Seule l’ef­fi­ca­ci­té compte », nous af­firme-t-il. Coups d’épée dans l’eau in­ter­dits.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.