Ney­mar est pa­ri­sien

FOOT­BALL Le PSG a of­fi­cia­li­sé hier soir la si­gna­ture duu contrat de cinq ans de Ney­mar. La fin d’un feuille­ton ha­le­tant. Pla­cece au jeu !

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - PAR DO­MI­NIQUE SÉVÉRAC

LA NOU­VELLE SAI­SON de « Game of Th­rones » de­vra s’ac­cro­cher parce que les 18 épi­sodes du feuille­ton « Ney­mar, de Bar­ce­lone au PSG », va­laient bien la somme de 222 M€ ! C’est fi­ni et le der­nier opus s’est noué au­tour d’un scé­na­rio gé­nial, ro­cam­bo­lesque, in­at­ten­du, ren­ver­sant et avec un sus­pense presque in­sou­te­nable. Mais avant tout, on va spoi­ler : Ney­mar, qui ar­rive ce ma­tin à Paris, est of­fi­ciel­le­ment joueur de foot­ball du PSG de­puis hier soir 21 h 30 et des pous­sières et jus­qu’en juin 2022, peu avant la Coupe du monde or­ga­ni­sée par le Qa­tar.

Il de­vien­dra aus­si dans la jour­née un ré­sident aty­pique, confor­ta­ble­ment lo­gé dans un pa­lace de la ca­pi­tale, dé­te­nu par le Qa­tar. Sui­vi par­tout par son père et agent, il va re­joindre sa mère et sa soeur au Royal Mon­ceau (Paris VIIIe) : la fa­mille réunie comme le sym­bole d’un évé­ne­ment ma­jeur et d’une nou­velle vie, d’un chan­ge­ment, une autre aven­ture. Mais sur­tout d’un évé­ne­ment heu­reux et d’un dé­noue­ment en forme de sou­la­ge­ment.

Au­jourd’hui, son sou­rire pa­ri­sien va conclure une sé­quence étouf­fante. Hier, il est long- temps res­té cloî­tré dans sa ré­si­dence bar­ce­lo­naise, re­ce­vant la vi­site de Jean-Claude Blanc, le di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué du PSG. Alors que des sup­por­teurs brû­laient dans la ci­té ca­ta­lane la tu­nique Blau­gra­na flo­quée à son ef­fi­gie, c’est le bal­let de ses avo­cats ti­rés à quatre épingles, cos­tumes sombres et Pa­na­ma sur la tête qui a agi­té cette tran­sac­tion sui­vie par le monde en­tier et mi­nute par mi­nute, live tweets après live tweets.

Tout le monde l’a com­men­té, sur­tout Jo­sé Mourinho qui n’al­lait pas ra­ter ça : « On pour­ra uti­li­ser le mot cher pour les joueurs qui vont être ache­tés à un cer­tain prix alors qu’ils n’ont pas les qua­li­tés, ex­plique le Por­tu­gais. Pour 200 M€, je ne pense pas que Ney­mar soit cher. »

C’est fi­na­le­ment au siège du FC Bar­ce­lone que la fa­meuse clause de 222 M€ a été ré­glée par les ju­ristes du clan Ney­mar. Peu avant 19 heures, les Ca­ta­lans of­fi­cia­li­saient la nou­velle : le Bré­si­lien ne leur ap­par­te­nait plus. Si ses avo­cats ont ver­sé la pha­rao­nique somme, c’est bien le PSG qui a ré­glé la note.

L’his­toire au­rait pu s’avé­rer plus simple et plus ra­pide. Mais dans la ma­ti­née, le feuille­ton avait dé­bu­té entre cris­pa­tion et tra­gi­co­mé­die. Ce trans­fert hors norme a per­mis à Ja­vier Te­bas, le pré­sident de la Ligue de foot­ball pro­fes­sion­nel es­pa­gnol, de s’of­frir une tri­bune pour ra­con­ter à peu près tout et n’im­porte quoi.

Le ma­tin, il re­fu­sait l’ar­gent des re­pré­sen­tants de Ney­mar, ce qu’il n’a nor­ma­le­ment pas le droit de faire se­lon ses propres textes. De l’obs­truc­tion pure et simple pour un di­ri­geant aux in­di­gna­tions sé­lec­tives. La suite est connue. « L’am­bi­tion du PSG m’a sé­duit, au­tant que la pas­sion et l’éner­gie qu’il sus­cite, a dé­cla­ré Ney­mar dans un com­mu­ni­qué du club. Je suis prêt à re­le­ver le dé­fi. Dès au­jourd’hui, je fe­rai tout pour ai­der mon équipe à ga­gner, ou­vrir de nou­veaux ho­ri­zons à mon club et don­ner du bon­heur à ses mil­lions de sup­por­teurs à tra­vers le monde. » Le PSG a bou­clé le trans­fert du siècle, fi­nan­ciè­re­ment, mé­dia­ti­que­ment et ner­veu­se­ment, en dix-huit jours.

“ON POUR­RA UTI­LI­SER LE MOT CHER POUR LES JOUEURS QUI VONT ÊTRE ACHE­TÉS À UN CER­TAIN PRIX ALORS QU’ILS N’ONT PAS LES QUA­LI­TÉS. POUR 200 M€, JE NE PENSE PAS QUE NEY­MAR SOIT CHER.” JO­SÉ MOURINHO, EN­TRAέNEUR DE MAN­CHES­TER UNI­TED « L’AM­BI­TION DU PSG M’A SÉ­DUIT » NEY­MAR

Mer­cre­di à Por­to.

Ney­mar n’est plus un joueur du FC Bar­ce­lone de­puis hier. Les avo­cats du Bré­si­lien ont ver­sé la somme pha­rao­nique de 222 M€ au club ca­ta­lan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.