Pun­ching-ball

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR -

En grand ama­teur de boxe qu’il est, le Pre­mier mi­nistre est un ha­bi­tué des mé­ta­phores pu­gi­lis­tiques. « La France est dans les cordes et au­cune es­quive ne la sau­ve­ra », avait-il ain­si as­se­né lors de son dis­cours de politique gé­né­rale au dé­but de l’été. Quelques se­maines plus tard, le gou­ver­ne­ment qu’il di­rige et sa ma­jo­ri­té par­le­men­taire n’ont ef­fec­ti­ve­ment pas pu évi­ter tous les coups dans le com­bat en­ga­gé pour les ré­formes vou­lues par le nou­veau pré­sident. Dans l’en­tre­tien qu’il nous ac­corde, Edouard Phi­lippe as­sume et, face à l’ap­pel à une jour­née d’ac­tion contre la loi Tra­vail en sep­tembre, il fait le pa­ri que « les Fran­çais ont en­vie de so­lu­tions plu­tôt que de blo­cages ». Il re­ven­dique les éco­no­mies sur la dé­pense pu­blique et pro­met même de nou­veaux ef­forts en 2018 sur les po­li­tiques du lo­ge­ment et de l’em­ploi. Une ma­nière de ré­pondre à ceux qui, dans son propre camp, lui re­prochent une trop grande dis­cré­tion et de ne pas suf­fi­sam­ment pré­ser­ver Em­ma­nuel Ma­cron des cri­tiques. Pour un pré­sident, un bon Pre­mier mi­nistre n’est pas qu’un spar­ring-part­ner, il doit aus­si par­fois jouer le pun­ching-ball pour les Fran­çais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.