« Nous al­lons bais­ser les im­pôts de plus de 10 Mds€ »

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR -

Dans le bud­get pour 2018, tous les mi­nis­tères de­vront-ils se ser­rer la cein­ture ? Gou­ver­ner, c’est choi­sir. Le bud­get 2018 fe­ra des choix, il as­su­me­ra des prio­ri­tés claires pour la trans­for­ma­tion du pays. Nous al­lons bais­ser les im­pôts de plus de 10 Mds€ et re­dis­tri­buer du pou­voir d’achat vers tous les ac­tifs en bas­cu­lant les charges sa­la­riales vers la CSG. Ce se­ra 250 € en plus par an pour un sa­la­rié payé au smic, par exemple. Nous al­lons for­mu­ler des orien­ta­tions am­bi­tieuses en fa­veur des ar­mées, de l’Edu­ca­tion na­tio­nale, de l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur, de l’écologie et de la jus­tice, et me­ner toute une sé­rie d’ac­tions prio­ri­taires comme l’aug­men­ta­tion de la prime d’ac­ti­vi­té et la revalorisation de l’allocation adulte handicapé. Donc oui, pour fi­nan­cer tout ce­la, nous de­vons faire des éco­no­mies. Après le re­tour du jour de ca­rence, de nou­veaux sa­cri­fices se­ront-ils de­man­dés aux fonc­tion­naires ? Nous as­su­mons le ré­ta­blis­se­ment du jour de ca­rence. C’est une me­sure de jus­tice et elle est ef­fi­cace. Je rap­pelle que les sa­la- riés dans le pri­vé ont trois jours de ca­rence. Mais les fonc­tion­naires ne se­ront pas la va­riable d’ajus­te­ment du bud­get 2018. Nous avons be­soin de fonc­tion­naires bien for­més et à l’aise dans leurs mis­sions. Et concer­nant les éco­no­mies de 10 Mds€ en 2018, qui se­ra concer­né ? Les éco­no­mies s’in­té­gre­ront dans une trans­for­ma­tion pro­fonde de l’ac­tion de l’Etat. Nous vou- lons chan­ger les po­li­tiques pu­bliques qui n’ap­portent pas de ré­ponses à la hau­teur des en­jeux. C’est le cas de la politique du lo­ge­ment : 40 Mds€ par an pour des ré­sul­tats dont cha­cun s’ac­corde à dire qu’ils sont in­sa­tis­fai­sants. Pas as­sez de lo­ge­ments, des loyers trop chers, et des mil­lions de Fran­çais mal lo­gés. Soit on verse en­core un peu plus d’ar­gent — ce n’est pas notre ob­jec­tif —, soit on re­fonde cette politique, et c’est ce que nous al­lons faire. Mais ce n’est pas le seul exemple. Nous de­vons aus­si re­pen­ser notre politique de l’em­ploi. Au lieu de pro­mettre des em­plois ai­dés au mo­ment des cam­pagnes élec­to­rales, il faut mettre en oeuvre une vraie politique de for­ma­tion, car les em­plois ai­dés ne dé­bouchent mal­heu­reu­se­ment pas sur des em­plois stables ! Nous vou­lons créer les condi­tions d’un re­tour du­rable à l’em­ploi et nous vou­lons que le tra­vail paie. Est-ce que la me­sure de 5 € en moins concer­nant les APL se­ra re­con­duite en 2018 ? Il y au­ra une ré­forme struc­tu­relle de la politique du lo­ge­ment en 2018.

“NOUS AL­LONS ME­NER UNE SÉ­RIE D’AC­TIONS PRIO­RI­TAIRES COMME L’AUG­MEN­TA­TION DE LA PRIME D’AC­TI­VI­TÉ ET LA REVALORISATION DE L’ALLOCATION ADULTE HANDICAPÉ” « REFONDER LA POLITIQUE DE LO­GE­MENT »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.