Le­syn­dro­me­de­la­va­li­se­trop­pleine

Très sou­vent, nous em­por­tons plus que le né­ces­saire dans nos ba­gages. Des spé­cia­listes nous ex­pliquent d’où vient ce be­soin de prendre au­tant d’af­faires.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - ELSAMARI

Di­mi­tri em­porte tou­jours une lourde trousse à phar­ma­cie pleine de mé­di­ca­ments, un trai­te­ment contre l’asthme même s’il n’a pas fait de crise de­puis des an­nées. Il pré­voit deux te­nues par jour et même un du­vet. Après tout, on ne sait ja­mais : et s’il ne trou­vait pas l’hô­tel et qu’il de­vait dor­mir dans la voi­ture avec ses amis ? Des pré­cau­tions qui font hur­ler de rire sa bande de co­pains. Fi­na­le­ment, ce Pa­ri­sien de 29 ans n’uti­lise tou­jours que la moi­tié des vê­te­ments qu’il a pré­vus.

Comme Di­mi­tri, 82 % des Fran­çais ad­mettent prendre plus d’af­faires que né­ces­saire pour leurs va­cances à la plage, se­lon une étude que vient de réa­li­ser le site de ré­ser­va­tion de voyages Ex­pe­dia.fr. chaus­sures coins chaus­settes pe­tits ob­jets.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.