Vite, ces ex­pos vont fer­mer

Au creux de l’été, faites votre choix par­mi une sé­lec­tion d’ex­po­si­tions sur la mode, la mu­sique, la pein­ture, la pho­to, qui vivent leurs der­niers jours ou se­maines.

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS - PAR YVES JAEGLÉ

POUR LA COU­LEUR KAREL AP­PEL, LE PLUS FRAN­ÇAIS DES NÉER­LAN­DAIS Al­lez-y avec vos en­fants, ils ado­re­ront les sculp­tures du « Cirque » (17 pièces très co­lo­rées de clowns, acro­bates, ani­maux), du « Chien », « l’Homme hi­bou » ou son « Per­son­nage vert », entre to­tem et ro­bot à ef­fets spé­ciaux pic­tu­raux. Karel Ap­pel (19212006) a aus­si une face plus sau­vage, qu’ils com­pren­dront très bien. Ce peintre et sculp­teur néer­lan­dais qui a long­temps vé­cu à Pa­ris, et dont le mu­sée d’Art mo­derne de la Ville de Pa­ris a re­çu une do­na­tion, a un rap­port sen­suel, di­rect, vis­cé­ral, à la cou­leur.C’est­beau­com­meun­des­sin d’en­fant, mais han­té par la fu­reur de dire, de vivre, le dé­sir, la mort. « Karel Ap­pel : L’art est une fête », mu­sée d’Art mo­derne de la Ville de Pa­ris ( XVIe), 10 heures-18 heures sauf lun­di, 22 heures jeu­di, ta­rif : 7-10 €, Jus­qu’au 20 août. www.mam.pa­ris.fr. POUR LE VOYAGE IMA­GI­NAIRE BIBLIOTHÈQUES DE RÊVE EN 3D Cette ex­po­si­tion im­mer­sive ne res­semble à rien de connu. Vous vous as­seyez à une grande table et vous met­tez un casque. Vous pi­vo­tez lé­gè­re­ment à droite ou à gauche, soit avec le fau­teuil in­cli­né, soit en bou­geant la tête, do­té de lu­nettes de réa­li­té vir­tuelle, et vous voi­là par­ti à l’autre bout du monde, en 3D, dans l’une des dix plus grandes bibliothèques de la pla­nète, de Sa­ra­je­vo à Mexi­co en pas­sant par Alexan­drie. Pré­sent ou pas­sé, et même l’ima­gi­naire — re­cons­ti­tu­tion de la bi­blio­thèque du ca­pi­taine Ne­mo, le hé­ros de Jules Verne — le voyage fait perdre tout re­père mais com­mu­nique l’amour ab­so­lu du livre phy­sique, réel, et de ses écrins les plus gran­dioses. « La Bi­blio­thèque, la nuit », BNF (Pa­ris XIIIe), 10 heures-19 heures sauf lun­di, 13 heures-19 heures di­manche, ta­rif : 7-13€, à par­tir de 13 ans, Jus­qu’au 13 août. www.bnf.fr. POUR LE MYTHE AMÉ­RI­CAIN WALKER EVANS, LE VISIONNAIRE DE L’AMÉ­RIQUE Les images uni­ver­selles de la Grande Dé­pres­sion, des fer­miers ha­ras­sés, de ces routes splen­dides et dé­so­lées, la poé­sie des af­fiches pu­bli­ci­taires de pi­nup, ces mai­sons en bois dé­la­brées, l’Amé­rique pro­fonde par­cou­rue de long en large, c’est Walker Evans (1903-1975) qui en a sai­si l’es­sence. Le pho­to­graphe a été l’un des pre­miers à cé­lé­brer la culture po­pu­laire, or­di­naire, à re­pé­rer la ma­gie d’une simple en­seigne. « Walker Evans »,

Centre Pom­pi­dou (Pa­ris IVe), 11 heures-21 heures sauf mar­di, 23 heures jeu­di, ta­rif : 11-14€, www.cen­tre­pom­pi­dou.f r. Jus­qu’au 14 août. POUR LE SHOW VAN GOGH EN SON ET LU­MIÈRE Ce n’est pas une ex­po, mais un show pour en­trer dans la pein­ture. « Ima­gine Van Gogh » plonge dans des images im­men­sé­ment agran­dies et mou­vantes de ta­bleaux, qui per­mettent d’en­trer dans les dé­tails de ses fleurs, des champs, de sa chambre à Arles ou à Au­vers, dans les ac­ci­dents mi­cro­sco­piques de ses touches de pein­tures. Mu­sique clas­sique en ar­rière-fond, on se laisse por­ter dans ces océans co­lo­rés. « Ima­gine Van Gogh »,

Grande halle de la Villette (Pa­ris XIXe), 10 heures19 heures tous les jours, 22 heures sa­me­di, ta­rif : 12,90-14,90 €, www.ima­gine-van­gogh.com. Jus­qu’au 10 sep­tembre. POUR SA GARDE-ROBE VI­VA DALIDA On s’y pré­ci­pite, à tel point que le week-end, le mu­sée re­com­mande de ve­nir plu­tôt le ma­tin pour évi­ter la foule. Sur­tout qu’il ne reste qu’une se­maine pour re­vivre les an­nées Dalida (1933-1987) à tra­vers 110 robes de la chan­teuse de « Bam­bi­no », chaus­sures, bi­joux. Le mu­sée de la Mode au pa­lais Gal­lie­ra bé­né­fi­cie d’une do­na­tion faite par Or­lan­do, le frère de la star. Dans huit jours, ces mer­veilles qui craignent la lu­mière par­ti­ront dans les ré­serves du mu­sée, pour être pré­ser­vées. La plus ad­mi­rée : cette cape en plumes d’au­truche sur un bo­dy de ve­lours noir por­tée par la chan­teuse égyp­tienne lors des concerts au pa­lais des Sports en 1980, sept ans avant son sui­cide. Pho­tos et ex­traits d’émis­sions re­plongent les qua­dras et plus dans le grand bain de leur pe­tite en­fance. « Dalida : Une garde-robe de la ville à la scène »,

mu­sée Gal­lie­ra (Pa­ris XVIe), 10 heures-18 heures sauf lun­di, 21 heures jeu­di, ta­rif : 9-12 €, www.pa­lais­gal­lie­ra.pa­ris.fr. Jus­qu’au 13 août. POUR LA MU­SIQUE LA JA­MAÏQUE, AU-DE­LÀ DU REGGAE Ce soir, Usain Bolt re­met­tra pour la der­nière fois en jeu son titre de meilleur sprin­ter mon­dial. Et si vous dé­cou­vriez son pays, la Ja­maïque, au-de­là de ses mé­dailles d’or et de Bob Mar­ley ? Un grand voyage à la Phil­har­mo­nie, en mu­sique, avec du gros et bon son. Le reggae ? Pas tant que ça et, sur­tout, pas n’im­porte le­quel : ses sources acous­tiques, dan­santes, va­riées, comme le men­to, le ca­lyp­so ja­maï­quain, né de ces des­cen­dants d’es­claves afri­cains dé­por­tés par les An­glais sur cette île qui a ré­sis­té de­bout et en rythme. Pho­tos, af­fiches, pein­tures, fresques, street art, vi­déos, sound sys­tems des mu­siques de rue (que l’on peut pi­lo­ter soi-même en jouant au DJ), po­chettes, et cette in­croyable gui­tare M16 en forme de mi­trailleuse de Pe­ter Tosh… De nom­breuses ins­ti­tu­tions ja­maï­quaines dont la Na­tio­nal Gal­le­ry de King­ston ont prê­tés des oeuvres qui ra­content une puis­sante culture de rue. « Ja­maï­ca Ja­maï­ca ! »,

Phil­har­mo­nie (Pa­ris XIXe), 10 heures-20 heures le week-end, 22 heures ven­dre­di, 10 heures-18 heures mar­di-sa­me­di, ta­rif : 5-10 €,

Jus­qu’au 13 août. pa­ris.fr. www.phil­har­mo­niede-

JU­LIEN VI­DAL/GAL­LIE­RA/ROG Te­nue de soi­rée por­tée par Dalida, lors des concerts au pa­lais des Sports, en 1980.

« Pe­tit Hip Hip Hour­ra » (1949) de Karel Ap­pel, à voir au mu­sée d’Art mo­derne de la Ville de Pa­ris.

Van Gogh taille XXL à la Grande halle de la Villette (Pa­ris XIXe), jus­qu’au 10 sep­tembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.