Sou­per mor­tel pour les deux amis

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS - LOUISE COLCOMBET ET ÉRIC PEL­LE­TIER

C’était leur der­nier re­pas et, peut-être, la clé de l’énigme. Car, pour l’heure, rien ne semble pou­voir ex­pli­quer les dé­cès sou­dains — et, semble-t-il, si­mul­ta­nés — d’Oli­vier Bou­din, 38 ans, et de Lu­cien Pe­rot, 69 ans. Ces deux amis ont été dé­cou­verts in­ani­més jeu­di mi­di à Au­thon-du-Perche (Eure-et-Loir), comme fou­droyés. La veille au soir, une voi­sine les avait pour­tant vus at­ta­blés dans le jar­din, fes­toyant en­semble, comme les com­pères en avaient l’ha­bi­tude. Le len­de­main vers 6 heures, comme elle l’ex­plique à « l’Echo ré­pu­bli­cain », elle constate qu’Oli­vier gît au sol : « Je me suis dit qu’il avait dû prendre une bonne cuite pour dor­mir en­core », ana­lyse-t-elle. Puis c’est Lu­cien qu’elle aper­çoit sur une chaise, en­dor­mi de­vant un re­pas en­ta­mé… Vers mi­di, elle pré­vient les se­cours : les corps ne bougent plus, mal­gré ses cris et une cas­se­role d’eau je­tée sur Oli­vier.

Les gen­darmes, qui n’ont consta­té ni trace de vio­lence ni désordre dans la mai­son, penchent pour une mort d’ori­gine ali­men­taire. Si l’hy­po­thèse du sui­cide ou de l’em­poi­son­ne­ment reste sur la table, celle d’une crise de bo­tu­lisme semble te­nir la corde. Cette in­toxi­ca­tion grave pro­vient d’un dé­faut de sté­ri­li­sa­tion, en­gendre pa­ra­ly­sie et, faute de soins, la mort. Une boîte de conserve consom­mée par les amis mer­cre­di soir est en cours d’ana­lyses à l’Ins­ti­tut Pas­teur, ré­fé­rent en la ma­tière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.