IMPÔTS LE TOUR DE PASSE-PASSE D’AIRBNB

Mal­gré un chiffre d’af­faires es flo­ris­sant, la so­cié­té ne paie que 92 944 € d’impôts en France. Ex­pli­ca­tions.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - DOS­SIER RÉA­LI­SÉ PAR BO­RIS CASSEL ET MATTHIEU PELLOLI

À PEINE UNE OBOLE… Airbnb n’a ac­quit­té que 92 944 € d’impôts dans l’Hexa­gone en 2016. Un mon­tant — que nous ré­vé­lons — certes un peu plus éle­vé que les 69 168 € ver­sés en 2015, mais tou­jours ri­di­cu­le­ment bas. Alors que plus de dix mil­lions de voya­geurs fran­çais ont uti­li­sé les ser­vices de la plate-forme de lo­ca­tion de lo­ge­ments entre par­ti­cu­liers l’an der­nier, Airbnb ne paie en France guère plus d’im­pôt… qu’une mo­deste PME ! Un comble, quand la France, avec plus de 400 000 an­nonces de lo­ge­ments cette an­née, re­pré­sente le deuxième mar­ché, der­rière les Etats-Unis, pour Airbnb. Pa­ris est même de­ve­nu sa pre­mière ville au monde, avec 60 000 an­nonces.

UN PRO­BLÈME À RÉGLER À L’ÉCHELLE EU­RO­PÉENNE

Le dé­ca­lage est trou­blant. Pour­tant, cette feuille d’impôts ul­tra­light n’a rien d’illé­gal. Les 92 944 € ver­sés au fisc l’an pas­sé sont le ré­sul­tat d’une stra­té­gie as­su­mée d’op­ti­mi­sa­tion fis­cale. Im­ma­tri­cu­lé dans l’Etat du De­la­ware (un pa­ra­dis fis­cal amé­ri­cain, sur la Côte Est), Airbnb est pas­sé maître dans l’art de jon­gler avec les dif­fé­rentes lé­gis­la­tions fis­cales. En Eu­rope, son siège so­cial est ins­tal­lé en Ir­lande, où l’im­pôt sur les so­cié­tés à 12,5 % est l’un des plus faibles du Vieux Conti­nent. C’est là, à tra­vers ses fi­liales an­glaise et ir­lan­daise, que le géant du Net fac­ture ses clients (voir page 3). Un cir­cuit bien ro­dé qui per­met à la plate-forme, non co­tée en Bourse, de faire fleu­rir son bu­si­ness par­tout dans le monde, tout en payant le mi­ni­mum d’im­pôt aux Etats. Et le sys­tème n’est pas près de s’ar­rê­ter. Cours de cui­sine à Pa­ris, ex­cur­sion en kayak à Cas­sis, voi­lier en Mé­di­ter­ra­née : Airbnb se di­ver­si­fie en of­frant aux tou­ristes de nou­velles ac­ti­vi­tés. En clair, le groupe amé­ri­cain élar­git ses sources de re­ve­nus. Plus riche, il n’en de­vien­dra pas né­ces­sai­re­ment meilleur contri­buable.

« La com­mu­nau­té Airbnb a eu un im­pact éco­no­mique de plus de 6,5 Mds€ en 2016 » sur l’éco­no­mie fran­çaise, fait va­loir le site pour sa dé­fense, en s’ap­puyant sur une étude éco­no­mique com­man­dée par ses soins. Les voya­geurs ne vont-ils pas au res­tau­rant ? Ne consomment-ils pas des spec­tacles, des billets de train, etc. ? A n’en pas dou­ter, Airbnb est un cock­tail vi­ta­mi­né pour notre éco­no­mie. Mais outre le com­bat ju­di­ciaire des hô­te­liers contre une concur­rence qu’ils jugent dé­loyale, les res­pon­sables po­li­tiques sont aus­si in­ter­pel­lés. A l’heure des dou­lou­reuses coupes bud­gé­taires, le tour de passe-passe fis­cal des stars de l’éco- no­mie nu­mé­rique passe de plus en plus mal !

« La lutte contre l’op­ti­mi­sa­tion fis­cale se­ra une prio­ri­té de notre ac­tion eu­ro­péenne », a pro­mis le can­di­dat d’En Marche ! « Nous nous bat­trons, au ni­veau eu­ro­péen, pour une taxe sur le chiffre d’af­faires réa­li­sé dans nos pays pour des pres­ta­tions de ser­vice élec­tro­nique. Ce­la éli­mi­ne­ra ain­si les mon­tages consis­tant à ra­pa­trier les pro­fits dans des pa­ra­dis fis­caux », pré­ci­sait, noir sur blanc, son pro­gramme pré­sen­té aux Fran­çais le 2 mars. Dé­sor­mais pré­sident, Em­ma­nuel Ma­cron réus­si­ra-t-il à convaincre nos voi­sins eu­ro­péens d’im­po­ser de nou­velles règles du jeu aux géants du Net ? L’Al­le­magne pour­rait être une al­liée sur ce su­jet épi­neux.

En louant sur Airbnb, l’in­ter­naute passe sans le sa­voir par deux so­cié­tés ba­sées en Ir­lande et au Royaume-Uni.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.