Le thé dar­jee­ling risque de se faire rare

Le roi des thés noirs n’est plus ré­col­té en Inde en rai­son d’un violent conflit. Son prix de­vrait bien­tôt flam­ber.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - PAR DELPHINE DENUIT

AVIS AUX AMA­TEURS DE THÉ ! Le cé­lèbre dar­jee­ling, consi­dé­ré comme le plus raf­fi­né et le plus noble des thés in­diens, est sur le point­de­de­ve­ni­ru­ne­den­rée­rare. A la Bourse de Cal­cut­ta (Inde), son prix a été mul­ti­plié par trois, voire quatre se­lon les lots, ces der­niers jours, et il n’est pas près de re­tom­ber face à la pé­nu­rie qui s’ins­talle. Ven­du à par­tir de 16 € les 100 g en France — et jus­qu’à plus de 70 € les 100 g pour les plus­grand­scrus(un­ter­meu­ti­li­sé pour­ce­breu­va­ge­com­me­pourle vin), le dar­jee­ling risque de flam­ber dans les pro­chains mois.

En cause, le conflit sé­pa­ra­tiste qui op­pose une eth­nie d’ori­gine né­pa­laise, les Gor­khas, et le gou­ver­ne­ment du Ben­gale-Oc­ci­den­tal qui gère la ré­gion de Dar­jee­ling (nord-est de l’Inde). Ma­jo­ri­taires dans cette pro­vince, les Gor­khas cultivent de­puis plus de cent cin­quante ans les pré­cieuses feuilles de dar­jee­ling. Or, les ou­vriers — dont une écra­sante ma­jo­ri­té de femmes char­gées de la cueillette — sont en grève de­puis le 8 juin pour pro­tes­ter contre l’obli­ga­tion qui leur est dé­sor­mais faite d’ap­prendre le ben­ga­li à l’école, la langue de la ré­gion.

« Ce­la fait des dé­cen­nies que les Gor­khas veulent avoir leur propre Etat au sein de l’Union in­dienne, ex­plique le spé­cia­liste Fran­çois-Xa­vier Del­mas, « cher­cheur de thés » et fon­da­teur des ma­ga­sins Pa­lais des thés. Ils parlent dé­jà le né­pa­lais, leur langue ma­ter­nelle, et l’hin­di, la langue na­tio­nale, et ne veulent pas qu’on leur im­pose une autre culture. » Au fil des se­maines, la ten­sion a vi­ré à l’af­fron­te­ment, cau­sant­la­mort­de­trois­ma­ni­fes­tants et le dé­part for­cé de mil­liers de tou­ristes. Et les 87 jar­dins de dar­jee­ling, si­tués sur les flancs in­diens de l’Hi­ma­laya, ne sont plus ex­ploi­tés alors que c’est la haute sai­son des cueillettes.

« La deuxième cueillette, dite d’été, entre la mi-mai et la fin juin, a été per­due aux trois quarts. C’est la pre­mière fois que je vois ça en trente ans, c’est une vraie ca­tas­trophe pour l’in­dus­trie en termes de chiffre d’af­faires. D’au­tant plus qu’avant la sé­che­resse avait dé­jà fait grim­per les prix de 30 %… », ajoute ce spé­cia­liste qui a eu du nez en aug­men­tant son stock dès le prin­temps.

D’AUTRES RÉ­GIONS DE PRO­DUC­TION PRO­FITENT DE LA GRÈVE POUR GA­GNER DES MAR­CHÉS

En temps nor­mal, les sept val­lées du Dar­jee­ling pro­duisent entre 8 et 11 mil­lions de ki­los de thé qui ap­pro­vi­sionnent en­suite le mar­ché mon­dial, es­sen­tiel­le­ment l’Eu­rope. Mais se­lon les der­niers chiffres de Tea Board In­dia, l’ins­tance de ré­gu­la­tion du gou­ver­ne­ment, la pro­duc­tion a chu­té de 90 % à 140 000 kg de thé pro­duits en juin (contre 1,3 mil­lion de ki­los en juin 2016).

« C’est un coup très dur pour nous, confirme le four­nis­seur in­dien Vi­vek Lo­chan, contac­té sur place à Sing­bul­li. Beau­coup de jar­dins n’en­vi­sagent même plus de rou­vrir cette an­née… Les arbres à thé né­ces­sitent un en­tre­tien quo­ti­dien. Il fau­dra des se­maines pour tailler les buis­sons et, lors­qu’ils pro­dui­ront de nou­veau une feuille de qua­li­té dé­cente, ce se­ra l’ar­ri­vée du froid. »

Pas une mince af­faire pour ce thé de mon­tagne pro­duit entre 1 000 et 2 134 m d’al­ti­tude, aux confins du Né­pal, du Bhou­ta­net­duSik­kim…Sans­par­ler­du risque de désaf­fec­tion des consom­ma­teurs. « Les Eu­ro­péens risquent de se tour­ner vers d’autres thés. Les pro­duc­teurs du Né­pal, de Chine, de Taï­wan, du Sri Lan­ka et même d’autres ré­gions de l’Inde en pro­fitent dé­jà pour bais­ser leur prix », s’in­quiète cet ir­ré­duc­tible dé­fen­seur du dar­jee­ling.

LA DEUXIÈME CUEILLETTE, DITE D’ÉTÉ, ENTRE LA MI-MAI ET LA FIN JUIN, A ÉTÉ PER­DUE AUX TROIS QUARTS ” FRAN­ÇOIS-XA­VIER DEL­MAS, FON­DA­TEUR DES MA­GA­SINS PA­LAIS DES THÉS

Ré­gion de Dar­jee­ling (Inde). Sur les jar­dins de thés, en haute mon­tagne, la cueillette n’est plus ef­fec­tuée de­puis le 8 juin. Les ou­vriers sont en grève sur fond de conflit sé­pa­ra­tiste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.