L’en­ceinte qui cache un as­sis­tant per­son­nel

Le géant du Net lance au­jourd’hui cette nou­velle en­ceinte qui fonc­tionne à la voix. Nous l’avons tes­tée.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - PAR AYMERIC RENOU

PLUS BE­SOIN d'un cla­vier, d'une sou­ris ou même de ses doigts sur l'écran d'un smart­phone. Il suf­fit de pro­non­cer deux mots en forme de sé­same : « Ok Google ». Voi­là la pro­messe de Google Home, l'en­ceinte connec­tée et as­si­sant per­son­nel pi­lo­table à la voix que nous avons pu tes­ter en avant-pre­mière pen­dant plu­sieurs jours avant sa com­mer­cia­li­sa­tion au­jourd’hui en France, d'abord dans les rayons des en­seignes Fnac et Dar­ty au prix de 149 €.

A quoi ça sert ?

Google Home est une pe­tite en­ceinte, au de­si­gn chic et épu­ré, connec­tée à In­ter­net qui se pi­lote à la voix. On l’ins­talle à la mai­son, sur un bu­reau ou un meuble, et on lui parle. A elle de ré­pondre. « Google Home per­met d’ob­te­nir des ré­ponses, elles aus­si vo­cales, aux ques­tions que l’on se pose le plus sou­vent quand on sol­li­cite le mo­teur de re­cherche Google sur le Web, ex­plique Gilles Drieu, l’in­gé­nieur, fran­çais, res­pon­sable du dé­ve­lop­pe­ment du lo­gi­ciel in­terne de l’ap­pa­reil. Il peut aus­si gé­rer la mu­sique et ser­vir à pi­lo­ter ce qu’on re­garde sur son té­lé­vi­seur, ou en­core contrô­ler cer­tains ap­pa­reils connec­tés de la mai­son comme un ther­mo­stat Nest ou un sys­tème d’éclai­rage Phi­lips Hue. »

Com­ment ça fonc­tionne ?

Google Home s’ap­puie à la fois sur la base de don­nées gi­gan­tesque que Google stocke sur ses ser­veurs in­for­ma­tiques, sur son sys­tème de re­con­nais­sance vo­cale Google As­sis­tant, mais aus­si sur une tech­no­lo­gie d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, ren­due pos­sible grâce à la puis­sance de cal­cul des ser­veurs du géant de Moun­tain View. On parle à l’en­ceinte et elle nous com­prend. Peu im­portent notre ac­cent, du Nord ou du Sud, ou le dé­bit de notre voix, Google Home sait s’adap­ter et ana­ly­ser pré­ci­sé­ment ce qu’on lui de­mande.

Est-ce que ça marche ?

Oui, et plu­tôt très bien, à condi­tion d’être un peu in­dul­gent face à une tech­no­lo­gie qui fait ses tout pre­miers pas en langue fran­çaise et pro­met de s’amé­lio­rer. Les deux mi­cros de l’ap­pa­reil sont sen­sibles. Pas be­soin de haus­ser le ton pour se faire en­tendre. Google Home est très ra­pide, no­tam­ment quand il s’agit de lan­cer une vi­déo sur YouTube. Dites-lui « OK Google, mets une vi­déo d’un titre de Mi­chael Jack­son », par exemple, et l’en­ceinte au­ra à peine le temps de vous ré­pondre vo­ca­le­ment « D’ac­cord, je mets… » que le clip se­ra dé­jà lan­cé sur l’écran du té­lé­vi­seur. Im­pres­sion­nant. L’en­gin peut éga­le­ment com­prendre et lan­cer, sur une simple in­jonc­tion vo­cale, une sé­rie à par­tir d’un compte Net­flix. L’en­ceinte est aus­si ca­pable de ré­pondre ai­sé­ment aux ques­tions que l’on peut se po­ser tous les jours. Par exemple, elle ré­pond juste à la ques­tion « En quelle an­née est né le gé­né­ral de Gaulle ? » en s’ap­puyant sur les don­nées four­nies par le site Wi­ki­pé­dia.

Quelles sont ses li­mites ?

Il faut par contre s’adap­ter un peu à la gram­maire du sys­tème pour par­fois se faire cor­rec­te­ment com­prendre. « OK Google, France In­fo ! » ne suf­fit pas pour lan­cer la ra­dio du même nom. L’en­ceinte ré­pond, comme à chaque fois qu’elle sèche, « Pour être hon­nête, je ne sais pas com­ment vous ai­der… ». Au bout de quelques es­sais, on com­prend qu’il faut lui dire : « OK Google, lance la ra­dio France In­fo ».

Faut-il cra­quer ?

Oui, si on sou­haite être à la pointe des nou­velles tech­no­lo­gies, à condi­tion d’être dé­jà équi­pé et « connec­té », d’écou­ter sa mu­sique en ligne via des comptes sur les plates-formes Dee­zer ou Spo­ti­fy et d’être abon­né à Net­flix. Si ce n’est pas le cas, Google Home risque de dé­ce­voir, se conten­tant, via une en­ceinte, de rem­plir les mêmes tâches que l’on peut vo­ca­le­ment de­man­der à son smart­phone. A 149 €, Google Home n’af­fiche pas un ta­rif ex­tra­va­gant et dame sur­tout le pion à ses fu­turs concur­rents en France. Les geeks pou­vant attendre pa­tien­te­ront quelques mois avant de faire leur choix, car tous les géants d’In­ter­net pré­parent eux aus­si leur propre sys­tème d’as­sis­tance vo­cale à do­mi­cile. Ama­zon a lan­cé son en­ceinte Echo en juin 2015 aux Etats-Unis et en sep­tembre der­nier en An­gle­terre et en Al­le­magne (180 €) ; il de­vrait la pro­po­ser dans quelques mois dans l’Hexa­gone, avant Apple et son Ho­me­Pod en 2018. L’opé­ra­teur Orange se lance éga­le­ment dans l’aven­ture, avec Djin­go, an­non­cé au pre­mier se­mestre 2018.

Google Home est une pe­tite en­ceinte connec­tée à In­ter­net qui se pi­lote à la voix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.