Les­morts énig­ma­tiques dePé­pè­reetd’Oli­vier

Le dé­cès bru­tal de deux hommes qui dî­naient en­semble dans le Perche reste in­ex­pli­qué. Les au­top­sies réa­li­sées au­jourd’hui lè­ve­ront-elles le mys­tère ?

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

ma­tin, en ou­vrant ses vo­lets, elle aper­çoit pour­tant Oli­vier, al­lon­gé sur le dos dans le jar­din, l’air en­dor­mi. Quelques heures plus tard, en pas­sant de­vant la mai­son, elle avise cette fois Lu­cien, af­fais­sé sur lui-même, en­core as­sis de­vant la table. « Là, je me suis dit que la soi­rée avait quand même dû être sa­cré­ment ar­ro­sée… », convient-elle. Vers mi­di, « par peur qu’ils ne risquent une in­so­la­tion », elle dé­cide de les ré­veiller.

« J’ai crié le sur­nom de Lu­cien, En vain. En m’ap­pro­chant, j’ai vu qu’ils ne res­pi­raient plus. » Une scène ir­réelle que Pa­trice Leriget, maire de ce vil­lage de 1 300 âmes, ar­ri­vé peu après, ra­conte en­core avec éton­ne­ment. dai­ne­ment ar­rê­té », confie-t-il. Si Lu­cien Pe­rot avait bien été hos­pi­ta­li­sé l’an der­nier, per­sonne ne lui connais­sait de trai­te­ment lourd… pas plus qu’à Oli­vier Bou­din. Le mys­tère de ces deux morts su­bites reste donc pour l’heure en­tier, même si, en l’ab­sence de toute trace de vio­lence, l’en­quête s’ar­ti­cule au­tour de l’ul­time sou­per des deux com­pères. La thèse du bo­tu­lisme — une in­toxi­ca­tion ali­men­taire grave pro­ve­nant d’un dé­faut de sté­ri­li­sa­tion qui, faute de soins, peut cau­ser une mort fou­droyante — a été en­vi­sa­gée : la boîte de conserve de fla­geo­lets dé­gus­tés par les vic­times a été ana­ly­sée ce week-end par l’Ins­ti­tut Pas­teur. Le ré­sul­tat est né­ga­tif. « Notre prio­ri­té était de pré­ve­nir une crise sa­ni­taire, au cas où cette conserve, et donc po­ten­tiel­le­ment d’autres du même lot, était em­poi­son­née », dé­taille Eric Cou­tin, pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Chartres.

Si les fla­geo­lets semblent hors de cause, le reste du re­pas reste tou­te­fois sus­pect : côte de boeuf, bou­teille de vin, ca­mem­bert et ba­guette ont été confiés pour ana­lyses à l’Ins­ti­tut de re­cherche cri­mi­nelle de la gen­dar­me­rie na­tio­nale (IRCGN). A moins que l’au­top­sie des deux hom-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.